Comment les marques italiennes devraient communiquer en Chine ?

Les marques italiennes sont très appréciées par les consommateurs chinois, surtout leurs produits de luxe.

Aux yeux des chinois, les marques de luxe italiennes représentent l’authenticité et l’élégance. Les marques de luxe italiennes ont su imposer leurs connaissance dans le monde de la mode et a donc un certain prestige. Le marché chinois constitue pour ces marques l’un des plus gros vivier de consommateurs de produits au monde. Comment communiquent ces marques en Chine ?

Internet et le marché du luxe en Chine

Nous savons qu’en Chine, tout se passe sur internet : en 2014, la taille du marché e-commerce était de 426 millions de dollars a une croissance de +27% en 2016. Ces chiffres montrent clairement le vrai enjeu pour les marques voulant conquérir cet empire.

Les chinois de classe moyenne sont de plus en plus nombreux. Il y a beaucoup de jeunes millionnaires, avides de produits de luxe européens et ayant une grande utilisation de l’internet. Il ne faut donc plus seulement compter sur les touristes chinois mais bien conquérir le client chez lui, sur son espace préféré : Internet. Avec plus de 680 millions de personnes connectés, la Chine est le pays le plus connecté au monde.

En ce qui concerne leur utilisation d’internet, 91% de ces utilisateurs possèdent un compte dans les réseaux sociaux populaires de Chine. Parmi ces réseaux sociaux, il y a Weibo et Wechat où les chinois passent le plus de temps. C’est pourquoi il est important pour les marques italiennes d’avoir une présence active sur ces réseaux pour mieux connaître les consommateurs chinois.

Le marché chinois est rempli d’opportunités pour ces marques de luxe si ils comprennent la particularité de la Chine et qu’ils arrivent à combiner le e-commerce à une bonne stratégie marketing digital.

La présence d’une marque sur les réseaux sociaux est impérative pour communiquer avec les consommateurs chinois. L’exemple de Versace possédant un compte officiel sur le réseau social Weibo où la marque partage des contenus sur la marques. Sur le compte, on peut voir différentes photos de célébrités portant du Versace, bien entendu les photos les plus populaires sont celles de célébrités asiatiques.

D’autres outils digitaux disponibles pour les marques de luxe

 D’autres marques préfèrent utiliser d’autres outils digitaux, comme Gucci qui utilise un autre réseau social chinois nommé Douban qui est une plate-forme dédiée aux avis des consommateurs sur des produits services. Gucci a lancé une campagne nommée « Cut&Craft » en défiant ses fans les plus créatifs à créer des sacs de la marque avec l’aide de conseils et un petit manuel. Celui qui créé le sac le plus original était récompensé par la marque.

Fendi aussi a était l’une des marques à avoir proposé des campagnes en créant un événement sur son compte Weibo. Ce concours permettait aux fans de participer activement en faisant des photographies à thèmes. Ce concours a apporté beaucoup de réponses à Fendi et montrant par la même occasion que les utilisateurs chinois sont bien présents et lisent les contenus de la page. Ils apprécient pouvoir participer à des évènements des marques, ils adorent l’interaction.

Des offres plus originales les unes que les autres

Salvatore Ferragamo, une autre marque de haute couture italienne montre son intérêt pour ses consommateurs chinois en leur offrant des privilèges, réductions et cadeaux aux fans possédant un compte VIP Weibo.

Sur WeChat, la méthode est un peu différente. Les marques vont inviter les utilisateurs à les suivre sur leur compte officiel en scannant le QR code. Ils vont remercier le nouveau follower personnellement. De plus en plus de marques essayent de s’impliquer sur les réseaux sociaux chinois et ils sont parfois gérés par des distributeurs locaux comme pour Max Mara.

Armani a était l’une des première marque a comprendre le potentiel du marché chinois et a su l’exploiter au maximum. Malgré ces points de ventes importants, la marque n’arrivait pas à accéder à ses consommateurs de villes de 2nd et 3ème rang.

C’est donc pour ces raisons qu’Armani a décidé de mettre en avant son site internet en 2010 en faisant une version en mandarin, fournissant un convertisseur de taille, des prix en RMB, une géolocalisation des magasins et des moyens de paiement que les chinois ont l’habitude d’utiliser (Alipay ou paiement à la livraison).

Internet : la clé de la réussite

Beaucoup d’initiatives ont été prises par les nombreuses marques italiennes, mais elles montrent une certaine limite.

Afin de pouvoir saisir toutes les opportunités qu’offre le marché chinois, les marques italiennes doivent s’impliquer et communiquer davantage.

Pour la plupart des marques, les sites internet ne sont pas assez optimisés, ce qui ralentit le e-Commerce. Afin de ne pas perdre de temps, ils peuvent ouvrir une boutique en ligne sur Tmall ce qui leur permettra de développer des perspectives de ventes importantes.

Ils ont besoin d’augmenter leur visibilité sur Baidu afin que les consommateurs chinois puissent accéder aux sites plus facilement mais aussi de pouvoir travailler leur e-réputation. Les consommateurs chinois ont besoin d’être rassurés et savoir que ce qu’ils achètent n’est pas une contrefaçon, le seul moyen pour une marque de se différencier c’est de montrer une présence active sur internet.

L’épicerie en ligne, le nouvel adage des sites e-Commerce chinois

 

La nouvelle tendance du e-commerce chinois, l’épicerie fine en ligne.

 

L’épicerie en ligne en Chine

 

Selon un récent sondage, près de 50%  des répondants ont déjà acheté en ligne de l’épicerie. Contre 25% au niveau mondial (hors Chine). Mais, l’avenir des nouvelles technologies va façonner une nouvelle façon de consommer des ventes aux détails. Les achats en ligne ont un certain avantage, mais les supermarchés, magasins physiques sont encore solide, car selon un autre sondage (majoritairement chinoise), les consommateurs aiment aller faire leurs courses car c’est une expérience agréable et encourageante.  Et un plaisir pour toute la famille d’aller à l’épicerie.

Quelques étapes importantes pour es grossistes vendant en ligne, ils doivent engager le consommateur dés le début de la visite d’un produit (créer une liste d’achat, une vérification de prix, une recherche des produits, la visualisation du produit, le fait de pourvoir partager le produit en ligne sur les réseaux sociaux, pourvoir y mettre des commentaires avant l’achat final.

 

 

« L’ère du commerce connecté est ici, en Chine »

 

Brian Negley vice-président de Nielsen Chine à déclaré : « l’ère du commerce connecté est ici, les consommateurs ne font plus entièrement leurs achats en ligne ou dehors, mais utilisent les deux canaux, une approche mixte pour convenir à leurs besoins. Les détaillants et les fabricants les plus prospères seront à l’intersection des mondes physiques et virtuels, misant sur la technologie pour satisfaire les acheteurs ».

La tendance pour les produits frais et le bio augmentent avec la multiplication des crises agro-alimentaires.

 

 

La Chine le nouvel eldorado de l’épicerie en ligne

 

Les géants du e-commerce, se sont lancés dans cette brèche de l’épicerie en ligne, avec en tête Alibaba group (Tmall, Alibaba.com, Taobao), Amazon loin derrière essaye de gratter des parts de marchés. Selon le directeur de marketing Mintel pour l’Asie-Pacifique « Depuis des générations aux Etats-Unis il y a une culture, une conduite pour les achats, contrairement en Chine où les gens sont habitués à une constante, des changements rapides, et vous avez une population très dense de sorte qu’il est plus facile de vendre des choses à des gens ».

Carrefour, Walmart et les autres compagnies physiques ont une croissance lente voir négative selon un rapport même si depuis peut ses enseignes se lance dans la vente en ligne.

Alibaba le groupe leader

 

Sans contestation, Alibaba group est le leade dans le domaine de l’épicerie en ligne le B2C. Avec ses sites (Tmall & Taobao) il a quasiment le monopole de ce nouveau marché.  Il a ouvert récemment d’autres entrepôts Canaio (entreprise logistique filiale d’Alibaba) dans des villes de seconde et troisième zone, afin de livrés au plus grands nombres et le plus rapidement les chinois même dans les zones les plus reculés. Déjà présent dans 250 milles à travers 25 provinces.

La société comme Tmall prévoit également de relever le défi de livrer du frais le plus rapidement possible. L’ouverture de trois centres de frais ont ouvert à Pékin, Shanghaï et Guangzhou.

Le site https://chaoshi.tmall.com/ 

Alibaba va également investir dans la vente de vin en Chine source et projette de devenir un grand leader dans ce domaine. (ça promet)

 

 Conclusion

La Chine est un pays en perpétuel changement, les consommateurs aiment changer, et pour réussir, il faut s’adapter au changement rapide des consommateurs. Une marque se doit  de connaître correctement le marché chinois. Certaines agences spécialisées peuvent vous aider à faire du référencement, du PR (Relations publiques), de la publicité sur les réseaux sociaux, vous donner des conseils en marketing afin que vous puissiez percer le marché chinois.

 

Lire aussi :