Lire Autrement

Peut-on vivre sans Google en 2012?

Download PDF

La question n’est certes pas nouvelle, mais toujours d’actualité : peut-on vivre sans Google?
De prime abord, la question peut paraître futile, mais a-t-on conscience de la place de cette entreprise dans nos vies? Mais lassés des règles de confidentialités changeantes au gré des humeurs de Google, certains ferment leur compte pour profiter de solutions alternatives.

google servicesJ’ai récemment demandé son adresse Gmail à un collègue avec qui je devais partager un document hébergé sur Google Documents. A ma grande surprise, il m’a répondu “je n’ai pas Gmail, je n’utilise pas les services de Google”. Je me suis étonnée que l’on puisse ne pas utiliser Gmail, et les services Google. [Il faut savoir ce que ce-dit collègue est un fan de high-tech.]
google omnipresentMes premiers pas avec Google datent de 1999. La collégienne que j’étais alors utilisait Lycos pour ses recherches scolaires, et c’est la documentaliste du CDI qui m’avait conseillé d’utiliser Google, déjà plus pertinent. Le début d’une longue relation (avec Google, pas avec la documentaliste). Je suis une utilisatrice de Gmail de la première heure : j’avais mendié une invitation sur un forum lors de son lancement en 2005. J’ai testé ensuite Gwave lors de sa sortie, mais aussi Gbuzz, Gtalk, Gdocs, GMusic, Gvidéo, Gbooks, G+, je gère les statistiques de mon blog sur Google Analytics, la pub avec AdSense, j’ai un smartphone Android… Si je n’ai pas adhéré à tous leurs projets (j’ai désactivé Buzz le jour-même de sa sortie), certains autres sont complètement associés à mes activités professionnelles et personnelles (comme Gdocs, que j’utilise d’ailleurs pour écrire ce billet).

 

Une omniprésence dérangeante

 

Il est clair que Google sait tout de moi. Est-ce que cela est dérangeant? Oui.

Nous avons tous pour la plupart tendance à oublier que Google est une entreprise privée et que Larry Page, son CEO, n’est pas connu pour être un philanthrope.

Le modèle économique de Google se base sur la publicité. Plus Google vous connaît, au mieux il cible ses publicités. Google se doit de maximiser ses affichages pour vous encourager à cliquer. D’une manière générale, si vous ne payez pas un service, n’êtes pas client de la société, vous êtes le produit vendu aux annonceurs.
Google n’est plus un simple moteur de recherche depuis longtemps, nous le savons et l’avons accepté. Ce que de plus en plus de personnes -dont je fais partie- ont moins accepté, c’est à quel point Google est devenu intrusif ces derniers mois. Cela a débuté avec la mise en place du bouton +1 (car honnêtement, qui se soucie de savoir que tel ou tel de ses amis a aimé tel ou tel site?) Google s’était mis à dos les internautes, mais les nouvelles règles de confidentialité qui entrent en vigueur le 1er mars en ont décidé plus d’un à quitter le merveilleux monde créé par Larry Page.

Google fait ce qu’il veut de vos données, et peut même décider de fermer votre compte sans préavis. C’est ce qui est arrivé à un blogueur il y a quelques mois.

 

Au final, que faire?

 

Personnellement, je n’envisage pas de ne plus utiliser la galaxie de services qu’offre Google. Les alternatives existent, sont fonctionnelles, mais à moins que mes contacts migrent eux aussi vers ces solutions, il me serait difficile de ne plus les utiliser. Cependant, j’ai commencé à changer certaines de mes habitudes : me déconnecter de Gmail afin de dépersonnaliser les résultats (pour ceux qui gèrent un site web, cela vous sera tellement plus pratique pour surveiller votre positionnement), je cherche à changer de régie publicitaire, ai ouvert un compte Hubic pour le stockage sur le Cloud, ai installé Opéra…

Je vous liste quelques alternatives aux services de Google:

  • You Tube : Viméo, Dailymotion
  • Gmail: Yahoo Mail, Hotmail, serveur mail
  • Analytics: Xiti
  • G+ : Twitter (c’est mieux et c’était là avant)
  • Picasa : Flickr
  • Android : bon là, je ne peux pas recommander iOS ni Windows Phone, mais sachez qu’ils existent. /troll
  • Blogguer : WordPress, Joomla
  • Documents: Zoho
  • Reader: Netvibes
  • Chrome : Firefox, Opera
  • Maps : Mappy

Il n’y a que pour le moteur de recherche pour lequel je n’ai pas trouvé de véritable alternative pertinente, sauf peut-être DuckDuckGo. Il faut laisser cela à Google : leur algorithme est surpuissant, leurs produits sont bons.

Vivre sans Google est faisable, mais compliqué.

Laurence Fischer

Webmarketeuse et rédactrice. Photographe amateur. Globetrotteuse amoureuse de la Scandinavie, de ma ville Lyon et de mon 50 mm. 29 ans.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInFlickr

A lire aussi:

  • Pas d'articles.

4 Commentaires

  1. [New] Peut-on vivre sans Google en 2012? http://t.co/hBSGP29c (par ) via @AnalyzeThiz

  2. [New] Peut-on vivre sans Google en 2012? http://t.co/e2dcioeh @AnalyzeThiz

  3. [A relire]: Peut-on vivre sans Google en 2012? http://t.co/LzkTBbaY
    #AnalyzeThiz

Trackbacks/Pingbacks

  1. L'actu social media de la semaine 9 - [...] Nick Pickles, directeur de Big Brother Watch Campaign, rappelle que « les gens peuvent penser que leurs tweets sont de l’ordre ...

Commentaires