7 entreprises chinoises qui domineront l’industrie technologique de demain

L’incroyable bon en avant des entreprises Chinoises dans l’économie du mondiale !

En réalité, les compagnies et start-up chinoises ne sont plus adeptes des parfaites répliques des innovations provenant des autres pays. En effet, une nouvelle vague de consommateurs chinois est née suite à la rapidité de la croissance économique qui ralentit seulement depuis l’année dernière. Les consommateurs chinois ont des attentes différentes et qui changent rapidement. De plus, ils sont devenus hyper connectés et ont besoin d’avantages d’innovations avant d’effectuer de quelconques dépenses.

Voici donc les 7 compagnies ayant apporté d’importantes innovations technologiques en Chine et continuent de progresser afin d’offrir les meilleurs services possibles aux consommateurs. Ces entreprises ont un puissant impact sur la population chinoise et représente le fil conducteur de l’économie chinoise pour les années à venir.

Baidu

 

La plupart des utilisateurs occidentaux l’appelle souvent le “Google chinois”. En effet, Baidu est le premier moteur de recherche en Chine et constitue une incroyable opportunité pour les entreprises d’augmenter leur e-réputation en étant référencées sur la première page de Baidu. De plus, mis à part les services internet habituels, Baidu a élargi ses horizons dans le paiement électronique afin de faire concurrence à Alipay et Wechat, grâce au porte-monnaie Baidu ainsi que des services de livraison de nourriture dans plus de 70 villes chinoises avec Waimai.

Alibaba

Alibaba est l’un des géants technologiques du pays les plus populaires mais aussi à travers le monde. En effet, la compagnie dispose de la plus large plate-forme e-commerce du monde et dirige d’ailleurs Tmall, Taobao ainsi qu’Alibaba.com remportant un succès phénoménale en Chine et même auprès des étrangers. En réalité, avec plus de 100 millions d’utilisateurs, les plates-formes accueillent des millions de marques étrangères comme locales. Par ailleurs, le pouvoir d’Alibaba a également attiré beaucoup d’investissements et de contributeurs tel que Yahoo détenant une contribution de 15% qui fut évaluée à plus de 30 milliars de US dollars. De plus, Yahoo est aussi le co-fondateur de Jerry Yang racheté pour 1 milliard de US dollars en 2005 en échange d’obtenir Alibaba à 40%.

Ainsi, la célèbre compagnie est devenue un géant de l’e-commerce et la plus populaire pour le shopping en ligne dont la croissance reste à ce jour la plus rapide du monde sur le marché. Par ailleurs, 80% de shopping en ligne du marché chinois est dominé par Alibaba. Alors que la Chine reste bien loin derrière les États-Unis en terme PIB, la Chine demeure le plus large marché e-commerce mondiale grâce notamment aux plates-formes B2C, C2C et B2B d’Alibaba.

Tencent

Vulgairement appelé le “Facebook chinois” par le reste du monde, Tencent a longtemps été connu pour son service de messagerie instantanée QQ et ses 200 millions d’utilisateurs actifs. Cependant, Wechat a depuis largement pris les devants, et devient le digne successeur de QQ avec un large choix de services de plus en plus innovant. En outre, la célèbre plate-forme chinoise est une combinaison de WhatsApp, Facebook, Apple pay, Google news et slack. Wechat est rapidement devenue un mode de vie pour les utilisateurs chinois qui utilisent l’application que ce soit pour discuter, découvrir les dernières tendances de leurs marques préférées, commander à manger ou encore payer en ligne devenant ainsi le plus grand concurrent du service de paiement d’Alipay en Chine. Aujourd’hui, Wechat est réellement devenu puissante et attire également les étrangers s’expatriant sur le territoire.

JD.com

JD.com ressemble de près à “l’Amazon Chinois” et bien que la Chine soit inondée de produit contrefaits, JD parvient à garder des produits authentiques des plus grandes marques du monde. Aujourd’hui, la plate-forme délivre ses produits à plus de 600 millions de clients par jour dans le pays. L’entreprise travaille également sur la livraison de drones dans les villes plus rurales. La compagnie utilise aussi une base de donnée afin de gérer au mieux les stocks, optimiser la qualité de livraison et créer des modèles de base de données encore plus sophistiqués afin d’implanter son propre service de paiement pour les clients.

Didi

Didi Chuxing est connu pour la création d’un service personnel de véhicules avec chauffeur. La compagnie est la plus populaire en Chine, offrant plus de 10 millions de voyages la journée. Didi fut créée en 2012 et possède plus de 5000 employés. Elle fut évaluée à plus de 16 milliards d’US dollars. Aussi, Didi est également devenue une application mobile. En effet, la célèbre entreprise travaille en étroite collaboration avec des chauffeurs indépendants des taxis. Pour finir, la compagnie a également mis en place un service de co-voiturage et collabore avec Didi Bus.

Huawei

 

Huawei a pour but premier de fournir des solutions technologiques pour les entreprises de télécommunication. De plus, la marque est devenue l’un des principaux fabricant d’appareils mobile du monde. Huawei est d’ailleurs à la hausse sur un certain nombre de marchés en dehors de la Chine et s’est réellement développée ces dernières années. Dans un monde où les fournisseurs d’équipement électroniques, de logiciels et de services se bousculent, Huawei a su s’imposer comme un leader sur le marché du B2B mondiale.

Xiaomi

Xiaomi est une entreprise chinoise d’électronique et d’informatique, spécialisée dans la téléphonie mobile intelligente. La société a développé une base de fans engagés pour sa marque “Mi” des smartphones en favorisant une énorme communauté de 170 millions d’utilisateurs dans le monde. Cela a contribué à faire des appareils Xiaomi le téléphone de choix parmi les utilisateurs de smartphones les plus actifs en Chine. Alors que le Mi smartphone n’est pas encore au top au niveau du design comme Apple et Samsung, Xiaomi a été plus innovante dans d’autres domaines. La société est en train de devenir une marque de produit de consommation beaucoup plus large. Ses produits les plus récents comprennent une télévision à écran plat, un casque hi-fi et des écouteurs, un boîtier décodeur TV, un tracker de remise en forme, un stylo de mesure de la qualité de l’eau…

Apple : le déclin entamé ?

Apple, une entreprise en bonne santé économique

Un an après la mort de Steve Jobs, la firme de Cupertino semble être en grande forme. En l’espace de douze mois, sa valorisation est passée de 351 à 625 milliards de dollars. Apple est ainsi devenue l’entreprise possédant la capitalisation boursière la plus élevée jamais connue. Dans le même temps, l’entreprise conserve une marge brute record de 40%, à comparer avec les 10% atteints péniblement par ses concurrents. Rappelons par la même occasion qu’Apple excelle sur le marché des tablettes grâce à l’iPad qui s’est imposé dans les foyers et truste plus de la moitié des parts de marché à lui tout seul.

Dans ce contexte quasi-idyllique, on peut se demander pourquoi Apple décide d’attaquer certains de ses concurrents sur le front judiciaire  avec autant de véhémence. La réponse est sûrement que les choses ne vont pas aussi bien qu’il n’y paraît…

 

 Un empire moins solide qu’il n’y paraît

Les empires ont deux moyens pour se maintenir : soit par le doux et saint commerce soit par les armes. Apple a construit son empire grâce à plusieurs atouts (innovation, marketing…) qui engendraient des hordes de fans complètement dévoués à la marque et prêt à acheter chacun de ses produits. Ces atouts semblent se détériorer : sur ses deux principaux marchés, à savoir les smartphones et les tablettes, la firme à la pomme se voit fortement concurrencée. On peut penser que l’empire Apple est donc passé d’une domination par le commerce,  “la Pax Applea” (en analogie avec la “Pax Americana”), à une tentative de domination par les armes au travers des procès intentés.

Apple avait la réputation d’être le maître de l’innovation en lançant régulièrement des produits redéfinissant leur propre marché. L’iPhone mais aussi l’iPod ou encore l’iPad font partie de ces produits ayant amené une innovation de rupture. Cependant, il semblerait qu’Apple n’arrive plus à inventer ces produits hors normes qui ont fait son succès. Ses innovations deviennent de plus en plus incrémentales.

Tim Cook : sur un malentendu ou une prière ça peut marcher…

Depuis que Tim Cook détient les rennes de l’entreprise, les produits audacieux semblent avoir totalement disparu. La compagnie s’est contentée d’apporter des innovations mineures sur des produits déjà populaires : écran plus grand sur l’IPhone, MacBook plus rapides, ravalement de façade des IPods, réduction de la taille des écrans de l’iPad… In fine, pas grand-chose d’exaltant !

Privée d’innovations de rupture, la firme de Cupertino voit son hégémonie contestée. C’est ainsi que Samsung détient désormais 50,2% du marché mondial des smartphones (en progression de 172,5% !) contre 26% pour l’iPhone d’Apple. Ces chiffres s’expliquent en bonne partie par le fait que le coréen mise sur la profondeur de gamme en lançant de nombreux smartphones tandis que la firme à la pomme est fidèle à la stratégie mono-produit instaurée par son dirigeant.

Steve Jobs était de manière incontestable un leader charismatique qui a tiré son entreprise vers les sommets. L’organisation Apple est assurément singulière. Max Weber a distingué au XIVème siècle trois types d’organisations :

  • les organisations bureaucratiques, comme IBM
  • les organisations traditionnelles, comme l’Eglise catholique
  • les organisations charismatiques conduites par des êtres exceptionnels

Vous aurez compris qu’Apple était identifiée comme appartenant aux organisations charismatiques conduite par un Steve Jobs exceptionnel. Certaines anecdotes comme l’engouement post mortem pour le pull à col cheminée qu’il portait systématiquement pendant les Keynotes sont la pour le confirmer. Malheureusement, ce type de structure a tendance à décliner si elle perd l’être hors du commun qui la dirige. A moins qu’un être charismatique, visionnaire et capable de transcender ses troupes ne remplace le premier. Cela ne semble pas être le cas de son successeur, Tim Cook, célibataire de 51 ans à la vie monacale, perçu comme « froid » et « robotique ». Certains analystes prédisent à la firme une domination pendant encore deux à quatre ans avant de s’écrouler.

Apple présentait jusqu’à présent l’avantage de lancer un produit abouti et bien fini. Néanmoins, rappelez-vous de l’incident qui a émaillé le lancement de l’iPhone 4 et qui devint le feuilleton high-tech de l’été 2010 : le fameux « Antennagate ». Suite aux problèmes de réception rencontrés par les utilisateurs, M. Jobs avait recommandé de tenir le téléphone en évitant de le mettre dans la paume de la main ce qui est une position très courante. Heureusement que les bidouilleurs en tout genre se sont creusé les méninges afin de trouver une solution… In fine, cette crise passa sans grand dégâts.

Superbe bug d’Apple Plans : c’est pas un peu dangereux comme route ?

Le lancement de l’iPhone 5, bien pauvre en nouveautés comparé au précédent modèle a vu le lancement de l’attendu « Apple Plans ». Cette application de cartographie développée en interne avait pour mission le remplacement de l’indéboulonnable Google Maps. Malheureusement, les choses ne se passèrent pas comme prévu car le programme est à des années lumières du niveau d’exigence réclamé par les aficionados de la pomme. En effet les erreurs grossières y sont légion (Berlin situé en Antarctique !) jusqu’au point d’avoir été jugée dangereux par la police australienne. Tim Cook se résigna à présenter des excuses pour la médiocrité de l’application et recommanda d’utiliser les applications concurrentes. Comme le précise très justement l’article du « 20 minutes », du jamais vu sous l’ère Steve Jobs.

Morceau choisi de la pire publicité de 2012 !

D’autres éléments augurent d’un déclin imminent. Le marketing est bien connu comme étant une des composantes stratégiques du succès de l’entreprise. Il est indéniable qu’Apple est une référence en ce qui concerne le marketing du désir. L’entreprise a par ailleurs produit des spots publicitaires géniaux qui ont marqué l’histoire. Ces spots de grande qualité font partie de la marque de fabrique du constructeur. Le spot publicitaire lancé à l’occasion du début des Jeux Olympiques de Londres a suscité un important bad buzz. Rarement une publicité n’aura été aussi terne et ennuyeuse et mérite amplement le prestigieux trophée de pire publicité de l’année 2012.

Bien que bénéficiant de résultats économiques intéressants, beaucoup d’éléments sont inquiétants : plus d’innovations de rupture, mort du dirigeant historique et charismatique, Mapsgate, communication ratée …tous ces signaux faibles cumulés laissent présager d’un déclin progressif déjà entamé par la firme de Cupertino. La lutte avec Samsung pour le statut de leader s’annonce exaltante et va surement nous gratifier de nouveaux épisodes croustillants …