L’importance du “nom de marque” pour votre stratégie en Chine

 

Ou comment donner une chance supplémentaire à votre marque de s’implanter durablement  dans l’Empire du milieu.

 

 

Etre un expatrié, aisé de surcroît, à Shanghai vous a probablement fait découvrir  de nouveaux produits ou vous a certainement fait redécouvrir certaines marques.  De la conduite d’une belle « Cheval Trésor » après avoir vérifié vos messages sur votre « Triples Etoiles », de boire une bonne « Cent Prestige » bien fraiche  pendant le déjeuner pour finir par une tasse de « l’Espoir Étoilé » pour se réveiller.

 

Des produits que vous connaissez bien puisqu’il s’agit de BMW, Samsung,  Budweiser et de la chaîne de café Starbucks.

BMW = Baoma Trésor cheval


La traduction des noms chinois des marques étrangères semble étrange et surtout peu crédible en français, cependant il est essentiel pour les marques d’avoir leur nom chinois pour leur permettre de drainer des profits dans un pays où la signification d’un nom  peut faire ou défaire la chance.

 

S’installer en Chine et trouver un nom qui correspond à l’entreprise est donc délicat, d’autant plus que la langue chinoise comporte de nombreux dialectes et homophones. Deux mots, avec un sens différent, écrits différemment peuvent sonner de la même manière ce qui peut engendrer des mauvaises compréhensions et sous-entendus.
Le fondateur  de Daxue Consulting explique qu’un mauvais nom donnera simplement une mauvaise impression. Qu’il est primordial que les entreprises comprennent que les caractères chinois ont chacun une signification, ils  ne peuvent être juste accolés pour faire des sons différents.

 

Le fondateur de TailorMade a expliqué dans une conférence à Pékin que beaucoup de société font des erreurs de Naming, en  citant Best Buy  qui, utilisant une traduction mot-à-mot de l’anglais pour son nom chinois, a dû mettre la clef sous la porte en 2011. En cause, son nom chinois qui n’était pas assez accrocheur.

Selon lui les grandes marques qui ont su s’entourer et s’adapter au marché chinois, ont réussi à élaborer leur nom chinois en combinant  une tonalité similaire au nom anglais avec une signification importante.  La signification d’un nom est considérée comme importante sur le marché chinois en raison de l’attachement traditionnel au sens des mots des consommateurs chinois.

 

Exemples de noms pertinents

Pour ne citer en exemple que les marques sportives qui ont remporté le pari, le géant NIKE a choisi « Nai Ke », signifiant « l’endurance et la persévérance »  tandis que Reebook a préféré  le sens de « pas rapide » pour son nom chinois « Rui Bu ».

 

 

Quant à la marque numéro 1 de Soda, Coca cola, a fait un sans faute avec un nom chinois à la prononciation  relativement proche de celle américaine  « Kekou Kele » et un double sens du nom : signifiant « délicieux plaisir » mais aussi « soif » selon la sonorité d’une partie du nom.

Carrefour a aussi souvent été cité en model. Jia Le Fu 家乐福 famille heureuse et riche = un nom solgan pour targetter une clientèle parfaite.

 

Chaque entreprise devrait ainsi trouver un nom positif correspondant à son domaine.

Et si à première vue  il ne semble pas forcément important d’accoler un nom chinois à une marque, mondialement connue qui plus est,  il est nécessaire de se rappeler que dans un pays où la majorité de la population ne parle pas anglais, les consommateurs chinois se souviendront plus facilement d’un nom chinois que d’un nom anglais, aux tonalités et prononciations différentes.

 

Lire aussi :

  1. La stratégie de Mac Donald en Chine 
  2. L’épicerie en ligne en Chine 
  3. L’importance du Brand Ambassadeur en Chine
  4. Le Shopping en ligne en Chine, une activité très tendance 
  5. Wechat en Chine
  6. Les étapes pour lancer sa marque en Chine

Cette vidéo est complémentaire à cette article (en anglais)

 

 

L’épicerie en ligne, le nouvel adage des sites e-Commerce chinois

 

La nouvelle tendance du e-commerce chinois, l’épicerie fine en ligne.

 

L’épicerie en ligne en Chine

 

Selon un récent sondage, près de 50%  des répondants ont déjà acheté en ligne de l’épicerie. Contre 25% au niveau mondial (hors Chine). Mais, l’avenir des nouvelles technologies va façonner une nouvelle façon de consommer des ventes aux détails. Les achats en ligne ont un certain avantage, mais les supermarchés, magasins physiques sont encore solide, car selon un autre sondage (majoritairement chinoise), les consommateurs aiment aller faire leurs courses car c’est une expérience agréable et encourageante.  Et un plaisir pour toute la famille d’aller à l’épicerie.

Quelques étapes importantes pour es grossistes vendant en ligne, ils doivent engager le consommateur dés le début de la visite d’un produit (créer une liste d’achat, une vérification de prix, une recherche des produits, la visualisation du produit, le fait de pourvoir partager le produit en ligne sur les réseaux sociaux, pourvoir y mettre des commentaires avant l’achat final.

 

 

« L’ère du commerce connecté est ici, en Chine »

 

Brian Negley vice-président de Nielsen Chine à déclaré : « l’ère du commerce connecté est ici, les consommateurs ne font plus entièrement leurs achats en ligne ou dehors, mais utilisent les deux canaux, une approche mixte pour convenir à leurs besoins. Les détaillants et les fabricants les plus prospères seront à l’intersection des mondes physiques et virtuels, misant sur la technologie pour satisfaire les acheteurs ».

La tendance pour les produits frais et le bio augmentent avec la multiplication des crises agro-alimentaires.

 

 

La Chine le nouvel eldorado de l’épicerie en ligne

 

Les géants du e-commerce, se sont lancés dans cette brèche de l’épicerie en ligne, avec en tête Alibaba group (Tmall, Alibaba.com, Taobao), Amazon loin derrière essaye de gratter des parts de marchés. Selon le directeur de marketing Mintel pour l’Asie-Pacifique « Depuis des générations aux Etats-Unis il y a une culture, une conduite pour les achats, contrairement en Chine où les gens sont habitués à une constante, des changements rapides, et vous avez une population très dense de sorte qu’il est plus facile de vendre des choses à des gens ».

Carrefour, Walmart et les autres compagnies physiques ont une croissance lente voir négative selon un rapport même si depuis peut ses enseignes se lance dans la vente en ligne.

Alibaba le groupe leader

 

Sans contestation, Alibaba group est le leade dans le domaine de l’épicerie en ligne le B2C. Avec ses sites (Tmall & Taobao) il a quasiment le monopole de ce nouveau marché.  Il a ouvert récemment d’autres entrepôts Canaio (entreprise logistique filiale d’Alibaba) dans des villes de seconde et troisième zone, afin de livrés au plus grands nombres et le plus rapidement les chinois même dans les zones les plus reculés. Déjà présent dans 250 milles à travers 25 provinces.

La société comme Tmall prévoit également de relever le défi de livrer du frais le plus rapidement possible. L’ouverture de trois centres de frais ont ouvert à Pékin, Shanghaï et Guangzhou.

Le site https://chaoshi.tmall.com/ 

Alibaba va également investir dans la vente de vin en Chine source et projette de devenir un grand leader dans ce domaine. (ça promet)

 

 Conclusion

La Chine est un pays en perpétuel changement, les consommateurs aiment changer, et pour réussir, il faut s’adapter au changement rapide des consommateurs. Une marque se doit  de connaître correctement le marché chinois. Certaines agences spécialisées peuvent vous aider à faire du référencement, du PR (Relations publiques), de la publicité sur les réseaux sociaux, vous donner des conseils en marketing afin que vous puissiez percer le marché chinois.

 

Lire aussi :

Le Brand Ambassador, l’outil miracle pour les marques de luxe en Chine?

Depuis le développement d’Internet et des réseaux sociaux, les marques se sont de plus en plus intéressé à leur image. Les Brand Ambassadors sont devenus alors l’un des outils les plus efficaces en terme de communication marketing.

 

Qu’est-ce que le Brand Ambassador ?

Célébrité ou consommateur, le Brand Ambassador promeut une marque de façon directe ou indirecte. Comme exemple, on pourrait parler du bouche à oreille, des signes portées sur soi (ex : s’habiller d’une marque spécifique), etc.

Le client ambassadeur est aussi une forme de Brand Ambassador mais qui touche directement et uniquement le consommateur. Il défend et recommande activement une marque ou service auprès de ses proches.


En Chine, cette stratégie promotionnelle est devenue presque un outil de premier choix en terme de communication. Les entreprises du luxe sont les premiers à s’être penché dessus, et ne peuvent plus s’en passer aujourd’hui. Dans ce secteur de prestige, donner un positionnement précis et une image précise de marque est primordiale pour la perception des bienfaits du produit chez le client : modernité, unicité, qualité, créativité, etc. Les grandes maisons du luxe comme Chanel, Cartier, Gucci se sont vite penchés sur les célébrités pour répondre aux besoins de cette méthode de communication.

 

La place des célébrités en Chine

En Chine, une culture d’admiration pour « celui qui a réussi » est très présente, les chinois suivent de près l’actualité des célébrités et en imitent même les faits et gestes. On a notamment pu voir l’engouement presque fou après l’annonce officiel sur Weibo de Fan Bingbing de son copain actuel, marqué par ces deux mots : « 我们 » (women, traduit par « nous »). Dans les heures qui ont suivi cette annonce, toutes les grandes marques ont utilisé ces termes pour lancer une vraie campagne de publicité sur Weibo. Parmi ces marques, on notera McDonald’s, Durex, China Merchant Bank, Xiaomi, etc. Vous l’aurez compris, les stars en Chine peuvent créer la tendance de plusieurs marchés en même temps par un simple « tweet », de quoi envier les entreprises.

 

 

 

Lier marques de luxe et les célébrités, une stratégie avec ses conséquences

Certes les stars sont aujourd’hui des leaders d’opinions (KOL), encore faut-il choisir la bonne personne pour la bonne marque, tel est aujourd’hui le challenge des marques de luxe. Le choix de la superstar de Hong-Kong Coco Lee a été justement le résultat d’un échec total en terme de communication pour Chanel. Faisant partie des chanteuses les plus connues de Chine par le passé, représente-t-elle l’image que Chanel veut donner d’elle? Il faut croire que non. Très vite après les apparitions de la star dans les publicités de la marque, la clientèle de luxe chinoise a déserté les boutiques de la marque : elle ne voulait absolument pas ressembler à Coco Lee.

 

Bon, les choses ont changé depuis mais le problème est toujours le même. Trouver la célébrité idéale pour sa marque est toujours aussi difficile et compliqué. La réalité se porte en fait sur la complexité de l’image portée par ces jeunes devenus populaires plus ou moins rapidement. Généralement par les séries ou émissions télévisés, ces étoiles montantes deviennent très vite remarqués par le grand public mais marquent en retour un manque de maturité, et donc de sophistication. Ainsi, trouver la perle rare qui deviendra la future Fan Bingbing est aujourd’hui la Grande Quête des grandes marques de luxe.

 

La difficulté à construire une image forte chez les stars montantes chinoises

Jackie Chan, célébrité à réputation mondiale, est devenu la star de toutes les listes noires des grandes maisons de luxe. Etrange n’est-ce pas ? Depuis plusieurs années, l’acteur chinois préféré à l’étranger est devenu la risée de la publicité. Grâce à son succès cinématographique, Jackie Chan a enchainé les contrats publicitaires et apparaît dans de nombreuses publicités dont les marques entre elles n’ont pas toujours de lien. Ainsi, on peut le voir dans le métro chinois sur les affiches de Canon, comme à la télévision pour des climatiseurs chinois ou des shampoing à qualité douteuse. C’est d’ailleurs dans cette dernière que la star du kung-fu a enterré son heure de gloire à cause notamment de la célèbre onomatopée « Duang » qu’il utilise dans la publicité et que les chinois s’amuseront à employer pendant plusieurs mois.

 

La difficulté se pose en fait sur la construction de l’image personnelle d’une célébrité. Le concept récent de « célébrité » en Chine ne permet pas à ces stars de gérer correctement et de manière réfléchie l’image qu’elle doit avoir. Généralement, elles n’ont pas (ou rarement) de stratégie basée sur le long-terme et sont davantage orientée sur la rentabilité à court terme qui mettent fin à leur réputation aussi vite qu’elles ne l’ont acquise.

La Chine a donné naissance également à un groupe de jeunes influenceurs qui sont utilisés par les marques de Mode pour promouvoir leurs nouvelles collections. (exemple ici)

 

 

 

Conclusion

Aujourd’hui, la Chine ne manque pas de célébrités pour représenter votre marque. Seulement, soyez bien conscient de l’image actuelle et future qu’elle représentera auprès de votre marché cible. Voir ici d’autres conseils pour développer votre marque en Chine

 

Lire aussi publications sur le branding en Chine ou le digital en Chine.

 

 

Le comportement des consommateurs

Etudier le comportement des agents économiques, qu’ils soient des consommateurs ou des acheteurs, est une étape primordiale et indispensable dans une stratégie marketing efficace qui vise en particulier à les influencer. Des études et des sondages doivent être menés en amont et les résultats recueillis contribuent à la réflexion stratégique du directeur marketing jusqu’aux démarches opérationnelles afin de mieux “préparer” le produit ou le service au marché dont il est destiné.

L’étude du comportement des clients s’appuie sur 3 grandes catégories de facteurs qui peuvent influence ses choix : démographiques, sociologiques et psychologiques. Libre au chef de produit, ou responsable marketing d’analyser les 3 catégories ou de s’intéresser à l’une d’elle.

Facteurs démographiques

  • Age : en bas d’âge, adolescents, adultes, seniors
  • Sexe
  • Localisation : ville, campagne, au bord de la mer, à la montagne…
  • Profession: salarié (fonctionnaire, privé), entrepreneur, chef d’entreprise, étudiant, chômage…
  • Mobilité : locale, régionale, nationale, internationale…
  • Type de logement : maison, appartement, villa, chalet, studio…
  • Revenue : estimer et calculer les revenues en se basant sur différentes tranches
  • Niveau d’éducation : avec ou sans bac, bac +3, bac+5, doctorants, ingénieurs…
  • Dépense : estimer et calculer les dépenses en fonction de différentes sources.
  • Etat matrimonial : mariés, célibataires, veufs/ves, concubinages, en couple…
Prenons l’exemple des smartphones; les Blackberry qui ont une connotation professionnelle et visent une catégorie de population particulière notamment les CSP+ et qui possèdent un clavier particulièrement bien adapté pour l’écriture de mail comme on peut le voir sur la boutique orange. A l’opposé, Apple avec ses iPhones vise plutôt des jeunes branchés. Dans les deux cas de figure, les marketeurs visent une cible démographique qui cherche à accroître ses ventes.
Notons que le vieillissement de la population peut entraîner des changements dans les comportements du consommateur. Ces comportements heurtent à des envies et des besoins qui changent et peuvent induire à une stagnation dans la consommation.
Facteurs démographiques
Facteurs démographiques

Facteurs sociologiques

  • La culture : les traditions, les croyances, les valeurs, le comportement et les langues caractérisent la particularité d’une société ou d’un pays.
  • La classe sociale : les différentes classes sociales des supérieures aux plus modestes
  • La performance et la réussite sociale
  • L’appartenance : consommer peut considérer dans certaines figures comme un désir d’imiter un groupe sociale voire en distinguer (appartenir à un autre que le groupe habituel). Les normes sociales jouent un rôle également dans la décision
  • La race/l’ethnie : qui joue un rôle important dans certains types de produits.
  • Le leader : qui prend la décision d’achat ? est-ce qu’ils sont des suiveurs ?
  • Cycle de vie d’une famille : qui commence par les jeunes célibataires, ensuite les jeunes couples sans enfants, les jeunes parents, ensuite avec les âgés mariés avec enfants, et âgés mariés sans enfant dans le foyer pour finir avec des vieux seuls.
  • Mode de vie : ou l’identité sociale qui peut être transverse aux classes sociales. Exemple : les “bobos”, les végétariens …
Facteurs Sociologiques
Facteurs Sociologiques

Facteurs psychologiques:

  • Personnalité : qui constitue une caractéristique unique et permanente d’un consommateur. Elle peut se définir en deux niveaux : externe (des opinions) et interne (définit par plusieurs théories : la théorie psychanalytique de Freud, la théorie socio psychanalytique de Horney, la théorie d’Allport, la théorie analytique de Jung, la théorie cognitive)
  • Attitudes et opinions : qui s’expliquent par un état d’esprit. Ces attitudes se transforment en comportements et vont conduire le consommateur à passer à “l’acte”.
  • Motivation : elle est conduite souvent par les besoins et les désirs. Mais ce n’est pas un état absolu et dépend aussi de différents éléments : est une motivation hédoniste? (se faire plaisir), motivation oblative ? (faire plaisir aux autres) ou motivation d’auto-expression ? (besoin d’estime et d’accomplissement)
  • L’importance de l’achat : ce que le produit va apporter de plus au consommateur, “la joie de l’acquisition”.
  • L’innovation : la valeur ajoutée du produit. La différence avec les autres produits; est-ce que cette différence répond à un besoin spécifique du consommateur?
  • Le risque aperçu : c’est le degré d’incertitude que le consommateur perçoit concernant la décision d’achat. Ce risque peut être réel ou imaginaire. Il existe 6 types différents de risques :
    • Fonctionnel : l’achat n’est pas conforme ou adéquat à ce qu’il en pense
    • Physique : l’achat peut être nuire à l’acheteur
    • Financier : l’achat ne vaut pas son prix
    • Social : l’achat peut causer l’embarras à son acheteur
    • Psychologique : l’ego de l’acheteur sera atteint
    • Temps : la perte du temps si l’achat n’est pas aussi performant comme prévu
  • L’auto-perception ou l’image de soi: comment le consommateur se voit-il?
Ces facteurs psychologiques évoluent et changent avec l’âge du consommateur.
Facteurs psychologiques
Facteurs psychologiques

Si on prend l’épargne comme exemple, il est la cible d’une catégorie des consommateurs ne voulant pas prendre de risque et ne cherchent pas à investir. En revanche, d’autres cibles se voient investir dans des produits financiers à fort ROI mais beaucoup plus risqués.

Ajoutons à ces facteurs d’autres, extrinsèques, qui interviennent dans la phase de décision d’achat, tels que l’origine des produits (fierté nationale), la crise économique (récession, inflation, désinflation…) et des décisions politiquent qui peuvent modifier les comportements pour une durée limité voire complètement.

Pour en savoir plus sur les nouveaux types de consommateurs.

Par quels canaux les consommateurs chinois font leur shopping

C’est indéniable, les chinois sont de plus en plus intéressés par la mode. Leurs dépenses en vêtements et accessoires augmentent chaque année et ils sont de plus en plus éduqués en ce qui concerne les marques et la qualité des produits.

Les chinois aiment le shopping, ils aiment la mode, les marques et sont de plus en plus attirés par les produits internationaux. Même si le revenu moyen est toujours plus faible comparé aux pays européens, en Chine chaque jour de nouveaux « shoppers » naissent.

Mais ou les consommateurs chinois achètent t-il leur vêtement et leurs accessoires aujourd’hui ? Quels canaux utilisent-ils ?


Voici un récapitulatif des canaux utilisés par les chinois ainsi que des conseils pour marketer votre marque si vous voulez peser sur le secteur de la mode en Chine.

Les canaux préférés des chinois.

Les centres commerciaux

Il y a énormément de centres commerciaux en Chine dans lesquels les chinois aiment passer leur temps libre. Aller faire du shopping dans les centres commerciaux reste très populaire. Et il s’agit encore à l’heure actuelle du canal de vente préférée des « shoppers » chinois.

Les chaînes spécialisés

Les chaînes telles que Zara ou H&M sont également des lieux privilégiés par les chinois lorsqu’ils font du shopping. Les marques européennes sont particulièrement bien installées en Chine.

Le rôle grandissant du canal internet

L’achat par internet en Chine se porte particulièrement bien, l’e-commerce étant en plein boom. Vous n’êtes pas sans savoir que les consommateurs chinois passe beaucoup plus de temps sur internet que les européens pour rechercher des informations sur les produits, pour acheter ou encore pour donner des avis sur leurs achats.

Pour le community manager de Fazhongzhijia (agence qui offre à la clientèle chinoise qui souhaite découvrir la France des propositions de voyages sur-mesure), internet est en effet un canal à ne surtout pas négliger : « Lorsque nous recevons des touristes chinois, nous voyons qu’ils ont déjà tous leur shopping liste de fait, ils achèteront 90% des produits qu’ils ont détectés en amont. Ils vont passer des heures avant chaque gros achat, et comparerons la qualité, les prix, et les commentaires des autres utilisateurs. Le bouche à oreille en Chine est un des plus puissants au monde. »

Pourquoi les consommateurs chinois aiment acheter en ligne ?

Plusieurs raisons poussent les consommateurs à acheter en ligne : s’ils ne vivent pas dans les grandes villes alors internet leur permet d’avoir accès à un plus grand nombre de produits. De plus, internet représente la facilité et permet d’éviter les cohues dans les centres commerciaux. Enfin, Internet permet aux consommateurs de rechercher des promotions, les chinois étant particulièrement sensible aux réductions. Cela peut être un puissant facteur d’achat.

Quelles sont les plateformes utilisées par les consommateurs chinois ?

Tmall et Taobao sont extrêmement utilisés par les consommateurs chinois pour l’achat de vêtements et d’accessoires de mode. Mais Moonbosa est également très populaire en Chine. Sur ce site, vous pourrez trouver une sélection de vêtements mais également des sous-vêtements et des cosmétiques. Moonbosa est une plateforme visités par la jeunesse dorée chinoise qui est attirée par le luxe et qui recherche des vêtements assez sophistiqués.

Mais comment marketer une marque de vêtements ou d’accessoires en Chine ?

Voici 6 points importants sur lesquels vous devez miser si vous souhaitez lancer votre marque en Chine.

-Avoir un positionnement clair et différent de vos concurrents :

La différenciation est primordiale pour réussir en Chine car la concurrence est particulièrement accrue sur ce segment.

-Vendre vos produits sur internet :

Si vous décidez de vendre vos produits en Chine, je vous conseille d’ouvrir en premier lieu un eshop. Vous pouvez utiliser les plateformes déjà très populaires en Chine comme Tmall par exemple. Ainsi, vous serez capable de toucher votre cible plus facilement, de tester vos produits, voir ce qui leur plait le plus et ensuite ajuster votre offre à leurs besoins. Si votre marque décolle, vous aurez toujours la possibilité d’ouvrir une boutique physique plus tard. Le e-commerce est un excellent moyen pour minimiser les coûts d’implantation en Chine.

-Avoir votre propre site Internet traduit en Chinois :

Il est important d’avoir votre site corporate traduit en chinois en plus de votre présence sur les plateforme de e-commerce. Pourquoi ? Car c’est l’opportunité pour chaque marque de diffuser leurs valeurs et de proposer une réelle expérience client. Mais n’oublier pas de travailler sur votre SEO sur Baidu : le moteur de recherche leader en Chine.

-Utiliser les forums spécialisés dans le mode pour promouvoir votre marque :

En Chine, certain forums sont extrêmement influent dans le domaine de la mode. Ainsi, vous pouvez vous en servir pour être davantage visible par votre cible.

Pour rentrer un peu plus dans les détails, prenons l’exemple de Mogujie.

C’est une des plateformes spécialisée mode la plus célèbre.

La plateforme marche comme un réseau social concentrer sur la mode et les accessoires. Le site a été racheté en 2013 par Alibaba. Le site se rémunère par le biais de liens de redirection vers Taobao (la plateforme e-commerce du groupe Alibaba). En temps qu’utilisateurs, vous pouvez recevoir des conseils sur les tendances en matière de mode.

Aujourd’hui, Mogujie c’est 85 millions d’abonnés et 35 millions d’utilisateurs actifs par mois. Si vos produits sont référencés sur cette plateforme, c’est donc autant de consommateurs potentiels qui pourront voir vos produits.

Mais il existe un nombre impressionnant d’autres forums que vous pouvez utiliser comme Meilishuo ou 55bbs…

-Promouvoir votre marque par le biais des KOL :

Les Key opinions leaders sont très influents dans l’industrie de la mode. Un KOL est une personne suivi par des milliers voire des millions de followers sur les réseaux sociaux chinois. Leur voix est très puissante et dès qu’ils postent la photo d’un nouveau sac ou d’un nouveau pantalon cela peut influencer un bon nombre de leurs abonnés. Les marques de luxe font souvent appel aux KOL afin d’attirer une cible plus affinitaire et de devenir plus désirable.

-Soyez présent sur les réseaux sociaux :

Vous ne pouvez pas ne pas être présent sur les réseaux sociaux en Chine pour réussir dans le secteur de la mode. Cela vous permettra de parler directement à votre cible et de personnaliser vos messages sur WeChat ou Weibo qui sont très utilisés ici. L’interaction est très importante pour les consommateurs chinois.

Burberry est une des marques qui utilise le mieux les réseaux sociaux. Par exemple leur campagne « The Art of the Trench » a très bien marché. Le but de cette campagne était de prendre en photo des personnes aux quatre coins de la chine portant un trench Burberry. Les photos ont été exposer offline durant une exposition et ont été repris online sur le compte Weibo de la marque. Les followers pouvaient voter pour leur photo préférée et ce fut un énorme succès pour la marque. Dans cette campagne les abonnés étaient « acteurs » et c’est ce qui les a intéressé.

De plus, pour Sébastien Gryngo, fondateur de CHATQN Lingerie, « aujourd’hui si une marque n’est pas présent sur les réseaux sociaux, les consommateurs en Chine vont s’inquiéter. Même si le retour sur investissement n’est pas immédiat c’est un canal nécessaire pour rassurer le consommateur. »

Avec ces exemples, vous vous rendez facilement compte à quel point le digital est crucial en Chine pour une marque de vêtements ou d’accessoires. Ainsi, si vous souhaitez vous faire connaître je ne peux que vous conseiller de discuter de votre projet avec un acteur local qui pourra vous aider à vous faire connaître.

Pour plus d’informations sur la mode en Chine, cliquez-ici et ici.

Comment développer sa présence sur l’Internet chinois

La Chine est aujourd’hui le plus grand marché online mondial. Réussir à implanter efficacement votre marque sur ce marché passe nécessairement par le développement de votre présence auprès des 630 millions d’utilisateurs, qui génèrent plus de 310 milliards de dollars annuellement.

Oubliez le reste du monde, pensez au marché chinois comme un monde nouveau

Comme sur le marché français, plusieurs problématiques se poseront à vous. Comment développer son référencement sur les moteurs de recherche chinois ? Comment communiquer efficacement auprès des utilisateurs chinois ? Quelles sont les normes de qualité sur le marché online en Chine et à quel point les spécificités culturelles rentrent en ligne de compte ?

Repensez vos allocations de ressources SEM/SEO


En Europe, les entreprises ont vite compris l’importance du SEO sur Google. Il en a résulté la création d’un environnement économique complet centré sur cette activité, avec une demande très importante, des sociétés spécialisés et de l’information en ligne toujours croissante.

En revanche, si vous ciblez le marché chinois, peu de théorie a été développé sur l’optimisation de votre référencement et peu d’informations seront disponibles. Cela résulte notamment d’un moindre intérêt pour ce type de contenu sur l’Internet chinois, où l’on ne trouvera pas de blogger local analysant et donnant des conseils techniques.

L’erreur est alors de penser que votre stratégie qui aura connu le succès sur Google peut être transposé au modèle chinois sans réflexion spécifique.Baidu détient près de 85% de part de marché en Chine. Hors Baidu utilise un algorythme complétement différent de Google.

« Optimiser votre SEO pour Baidu ne pourra pas simplement être réalisé en transposant et traduisant votre stratégie utilisée sur Google.Cela passera au contraire par la mise en place d’une stratégie complétement adaptée. » Explique Thibaud André de SEMSEOinc (*)

Première étape, repensez votre allocation de ressources pour pouvoir être visible. La principale différence réside dans le fait que Baidu ne différencie que peu le référencement naturel (gratuit, qui repose sur l’algorithme du moteur de recherche) et payant (le fait de payer pour obtenir un lien en tête de page). Son programme étendu de référencement payant requiert un niveau d’intégration marketing beaucoup plus important alors que se concentrer majoritairement sur le référencement naturel se sera avéré payant sur Google.

 baidu logo

Touchez les utilisateurs chinois avec un contenu plus récréationnel

A l’opposé de la politique de Google qui donne sa priorité à des articles techniques et professionnels, Baidu favorise du contenu récréationnel, ludique et à portée pratique. Adapté le contenu et le ton de son site pour s’assurer qu’il soit pertinent, utile et divertissant vous permettra de faire instantannément progresser votre Baidu ranking.

Surtout, vous montrerez une capacité d’adaptation aux attentes de consommateurs complétement différents. Les utilisateurs chinois voient en l’accès à Internet une amélioration du quotidien, quand lesInternautes européens perçoivent une multiplication des informations disponibles. Ne cherchez donc pas à les surcharger d’informations et d’actualités mais de divertissement et de conseils pratiques.

Le choix de votre support de communication et de votre référencement est également très orienté par l’audience cible. En Chine, les professionnels et étudiants hautement éduqués auront un taux d’utilisation de Google supérieur (élimination de la censure avec des VPN et désir pour de nouvelles sources d’information). Dans le même temps, la plupart des utilisateurs chinois cherchant du contenu utile pour la vie quotidienne et ludique utiliseront plus surement Baidu. Tieba, la plateforme de communication de Baidu, a récemment atteint les 100 millions d’utilisateurs enregistrés sur des discussions à propos de la météo, des nouvelles people, de nourriture,.. dans l’ensemble, des discussions purement récréationnelles. Voir ici

Renforcez la confiance de l’utilisateur

Le design et le look de votre site vous permettra de construire l’image premiere associée à votre marque. Cela impactera, entre autres, la confiance qui est un critère essentiel auprès des consommateurs chinois. Culturellement, l’un des obstacles à la montée du ecommerce en Chine avait été la confiance envers les sites nouveaux entrants. L’un des moyens les plus efficaces mis en place a été la place très importante prise par les partages d’expérience et les avis d’utilisateurs sur les sites de vente en ligne. Trouver un moyen innovant et attractif pour mettre en avant ces avis (dans le cas d’un site d’ecommerce) ou vos références pourra permettre d’améliorer considérablement vos taux de conversion sur le net chinois.

Enfin, poster du contenu montrant l’existence d’une présence physique, par exemple vos informations de contact (Skype, adresse physique, téléphone) et du contenu multimédia (photo d’équipe, vidéo de présentation,…), permettra d’humaniser votre site et de renforcer cette confiance.

Conseil techniques: des liens simples, uniques et courts sur chaque page

Assurez vous que vous n’avez qu’un seul lien par page. Il sera pertinent, comme sur tous les moteurs de recherche, de favoriser et mettre en place un plan de site propre et clair.  Ainsi, un seul lien sur chaque page, descriptif et court, permettra de simplifier votre maillage interne.

Baidu a également conservé un fonctionnement que les moteurs occidentaux ont progressivement abandonné. Les metatags sont réellement essentiels, favorisant la lecture de votre site par son algorythme. Un nom de domaine en chinois (pinyin) et un hébergement en Chine seront bien sur les bases d’un référencement optimisé pour Baidu.

Enfin, si Google ne favorise pas vraiment l’utilisation de Flash et JavaScript, ils sont absoluement proscrits sur Baidu, tout comme iFrames.

Sources :

Compléments d’informations sur

Le web 2.0 en Chine

Le Web 2.0 est l’évolution du web en ce qui concerne l’activité sur internet utilisant des outils comme les réseaux sociaux où  l’internaute type s’exprime et donne son avis dans les blogs en toute liberté en tant qu’individu ou anonyme, met en ligne ses photos, ses vidéos, vote pour des produits, donne son point de vue sur des débats, dans des communautés et même y fait des rencontres sur des sites tels que Youtube, MySpace, Facebook, Meetic…

Dans le Web 2.0 à la chinoise, les internautes peuvent eux aussi à travers Sina, WeiboYouku, Toudou, Baidu, Yeeyoo, Ozone…créer des blogs partager des photos, mettre des vidéos en ligne faire des rencontres et aussi participer à des communautés. A ceci près que l’anonymat n’est pas accepté et la liberté des internautes est restreinte ainsi que leurs avis, commentaires, post et recherches qui sont surveillés.

Le web 2.0 est plus performant en Chine

Dans une communauté internet avec 50% de jeunes de moins de 25 ans il faut toujours innover et ça les chinois le font très bien. Les internautes peuvent donner des idées et apporter des modifications rapidement dans le cadre du web 2.0. Il existe en Chine de nombreuses “Start up” dans le monde du web. De nombreuses sociétés sont innovantes mais la plupart, à la base, s’inspirent d’un concept venu de l’étranger.

L’exemple le plus flagrant est Weibo, ce qui devait être une vulgaire copie de twitter est en train de devenir plus ludique, plus performant et bien plus complet. Chaque semaine de nouvelles fonctionnalités voient le jour, la plateforme est en amélioration constante.

Deux exemples de géants chinois du web 2.0

WeChat

WeChat ou Weixin en chinois (微信) l’application du moment en Chine, avec 200 millions d’utilisateurs c’est le réseau social qui monte dans le pays, une révolution pour les Smartphones en Chine. Cela permet aux utilisateurs de pouvoir communiquer de Smartphone à Smartphone avec ses cercles d’amis gratuitement via Internet, s’envoyer des messages, des photos et récemment, communiquer par vidéo conférence.

Parmi les innovations de WeChat se trouvent également des applications uniques comme, “Lookaround” qui permet d’engager la conversation avec des utilisateurs inconnus à proximité.

Le “sharearound” permet de connecter des personnes souhaitant faire des rencontres ou encore la bouteille à la mer permettant de laisser un message dans une bouteille de la jeter à la mer virtuellement et être repêchée par un autre utilisateur.

Taobao

Le géant Taobao, leader du e-commerce en Chine est un véritable centre d’internet pour fournisseurs, commerçants et clients.

Taobao de son côté a lancé mm.taobao. Cette nouvelle plateforme offre aux magasins en ligne l’opportunité de recruter des mannequins pour des séances de shooting photos, et  propose également aux leaders d’opinion de la mode de faire la promotion d’une marque ou d’une boutique en ligne.

Tao Nv Lang regroupe aujourd’hui 34 000 femmes, et sa valeur a dépassé les 1,1 milliards de Yuans.

La raison de l’évolution rapide du model Tao Nv Lang c’est l’influence des utilisatrices, qui sont généralement déjà actives dans la vrai vie, ou sur les autres plateformes de réseaux sociaux comme Weibo, forums et les blogs.

Le web 2.0 et web police chinoise ?

Dans l’idéal du web 2.0 l’internaute devrait s’exprimer librement en tant qu’individu ou dans l’anonymat. Il est évident que ce n’est pas le cas en Chine, où tout  est surveillé et internet encore plus. Faute de pouvoir arrêter complètement cette liberté de l’internaute la web-police chinoise a mis en place tout un système de règlementations de censures et de sites bloqués d’accès. L’anonymat n’est pas non plus le bienvenu lorsqu’il s’agit de publier ou de créer un forum. A tel point que même dans les cybercafés il est demandé de présenter sa carte d’identité pour se connecter.

Le web 2.0 existe bel et bien, même si celui-ci souffre des restrictions imposées par le gouvernement chinois. Il dispose également d’un potentiel non négligeable surtout lorsque l’on considère le nombre grandissant d’internautes chinois. Sans compter bien sur des habitudes de vie qui prennent de plus en plus en compte les outils digitaux. Les achats en ligne ou les commentaires ne sont que le sommet de l’iceberg du web 2.0 chinois.

Sources

Décryptage de la stratégie de Baidu

Baidu remplace Google en Chine

Le marché des moteurs de recherche en Chine est dominé par Baidu (80,6% de part de marché), suivi de deux autres moteurs de recherche chinois, Qihoo 360 (10,3%) et Sougou (4,7%). Google arrive en dernière position avec 4,4% de part de marché.

La structure du web chinois est par conséquent fondamentalement différente de celle que l’on connaît en France. Baidu ne fonctionne pas de la même manière que Google. Toute entreprise étrangère qui veut être présente et visible sur le web chinois doit connaître les codes et les mécanismes de Baidu.

Les chiffres relatifs à Baidu sont impressionnants : 6 milliards de requêtes seraient effectuées par jour sur Baidu, plus que sur n’importe quel autre moteur de recherche dans n’importe quel autre marché national ; Baidu est utilisé par 570 millions d’internautes et son l’application mobile « Baidu Search », par 100 millions; 40% des dépenses publicitaires sur le web chinois sont faites sur Baidu. Le leader chinois de la recherche détient ainsi un potentiel de marché 14 fois plus important que Google.fr.

Baidu Suscite la controverse

Le géant chinois de la recherche sur Internet est très critiqué par l’opinion internationale, à l’image du gouvernement, et ce pour de multiples raisons. En voici quelques-unes:

  • Baidu favorise les sites chinois. Baidu est fortement nationaliste. Les sites étrangers, hébergés hors de la Chine, sont mal considérés par Baidu. Cela signifie que la majorité des résultats proviennent de sources chinoises.
  • Baidu est complice de la censure. Le moteur de recherche travaille en étroite collaboration avec le gouvernement chinois pour censurer un maximum de sites et de résultats de recherche. Il fournit également des données confidentielles sur les internautes chinois aux autorités.
  • Baidu mélange résultats payants et résultats naturels. Les publicités et annonces payantes sont dispersées entre les résultats naturels.
  • Baidu favorise ses propres plateformes. Les sites appartenant à Baidu –Baike (l’équivalent de Wikipédia), Baidu Zhidao (question/réponse), Baidu News, Baidu Jingyan (expérience), Baidu shopping – apparaissent sur la première page des résultats. Ainsi, Baidu redirige 23% de son trafic sur ces sites.
  • Baidu abuse de sa position dominante et pénalise ses concurrents indirects. Taobao et Tmall – sites d’E-Commerce chinois- ont disparu des résultats de recherche depuis que Baidu a lancé sa plateforme commerciale « Baidu shopping ». Baidu ne tolère pas non plus ses concurrents directs, Qihoo 360 et Sougou, qui menacent son leadership, et fait tout pour les faire disparaître.
  • Des résultats tout sauf naturels. Lorsque l’on fait une recherche sur Baidu, il est très difficile de trouver des résultats pertinents.
Après l’acquisition de Qunar, Baidu a fait apparaitre le site dans toutes les résultats voyages le site qunar.com.

Pendant ce temps-là, le PDG de Baidu – Robin Li, qui a fondé le moteur de recherche en 2000 – est milliardaire et classé 3ème sur la liste des hommes les plus riches de Chine, avec 67,7 milliards de yuans (11,05 milliards USD) net à son actif.

Robin LI
Robin LI

 

Quelle Stratégie adopter sur Baidu?

Alors, comment obtenir les faveurs de Baidu si l’on veut entreprendre une stratégie de référencement naturel (SEO)? En commençant si possible par faire héberger son site en Chine, traduire le contenu en chinois, et demander un nom de domaine .cn, qui prouve l’approbation du site par le gouvernement chinois.

La page d’accueil est la page la plus importante pour être bien référencée par Baidu : elle doit contenir des dizaines de milliers de liens. Le titre a aussi une très grande importance. Quant au contenu, il est beaucoup moins pris en compte.

Solliciter des sites gouvernementaux chinois pour qu’ils insèrent des liens vers votre site peut s’avérer très utile pour se faire bien voir, encore faut-il avoir quelques connaissances bien placées.

Baidu privilégie la quantité à la qualité : faire le tri parmi les liens entrants pour ne sélectionner que les liens de qualité et pertinents est une perte de temps. La tendance est plutôt à l’acquisition de centaines voire de millions de liens.

Pour séduire Baidu, il faut soit être un leader, soit faire semblant d’en être un. Comment ? En créant une multitude de pages. Plus le site contient de pages, plus il sera visible sur Baidu. Pour finir, il ne faut pas que le contenu du site soit susceptible d’être censuré, bien évidemment.

Toute société qui veut se faire une place du web chinois doit donc s’adapter à Baidu, et non l’inverse.
Pour en savoir plus, venez consulter nos nombreux articles à propos de Baidu sur notre blog :
1. marketingtochina.com
2. Voir Baidu ici
3. Wikipédia

Les 10 sites internet africains les plus visités

Voici le top 10 des sites africains les plus populaires en se basant sur le Rank Alexa. Il est bon de savoir qu’Alexa fournit de l’information sur 30 millions de sites Internet sur les quelques plus de 625 millions qui existent. Le Trafic Rank d’Alexa n’est pas fondé sur un nombre de visites. Le calcul se base sur le nombre de visiteurs compté qu’une fois par jour, combiné à un nombre de pages différentes vues le même jour par ces visiteurs. Ces indices sont compilés quotidiennement et agrégés pendant trois mois, c’est son Rank. Cette note représente donc la popularité de visite du site.

1. Nairaland, the Nigerian forum

nairaland.com

Ce forum de discussion Nigérian regroupe une dizaine de services comme les rencontres, les technologies, le divertissement ou l’emploi. Nairaland est une communauté en ligne créée par Seun Osewa en Mars 2005. Le trafic de Nairaland est principalement issu de pays africains et d’un grand nombre de Nigérians de la diaspora.

nairaland.com
nairaland.com

 2. News24

news24.com

Classé à la deuxième place de ce classement, ce site d’information version électronique du groupe Naspers, relaie les infos d’Afrique du Sud 24H/24. Principales rubriques d’actualité : sport, technologie, spectacles…

news24
news24.com

3. Bidorbuy

bidorbuy.co.za

Créé en 1999, le plus important site de commerce électronique de l’Afrique du Sud se classe à la troisième place. Idéal pour acheter ou vendre en ligne toutes sortes d’articles, ce site d’ e-commerce, basé sur les enchères, permet aux particuliers et aux entreprises de commercer les uns avec les autres. Les Transactions sur bidorbuy sont en rands sud-africains.

bidorbuy.co.za
bidorbuy.co.ca

4. AlMasry AlYoum

almasryalyoum.com

Al-Masry Al-Youm est un quotidien d’information égyptien créé en Juin 2004. Il est publié en arabe et son site Web almasryalyoum.com, dispose d’une version anglaise introduite en 2009.

almasry
almasryalyoum.com

 5. First National Bank of South Africa

fnb.co.za

First National Bank (FNB), littéralement “première banque nationale”, est une des quatre plus grandes banques d’Afrique du Sud. La FNB prétend être la plus ancienne banque d’Afrique du Sud. Créée en 1838 suite à une campagne contre l’apartheid, la banque devient entièrement contrôlée par des sud-africains et se renomme First National Bank of Southern Africa Limited en 1987.

fnb.co.ca
fnb.co.ca

6. Vanguard News

vanguardngr.com

Le Vanguard est un quotidien publié par Vanguard Media, basé à Lagos, Nigeria. Vanguard médias a été créé en 1983 par le journaliste vétéran Sam Amuka-Pémou avec trois amis. vanguardngr.com est l’édition en ligne de ce journal. L’un des rares au Nigeria qui soit considéré comme indépendant de tout contrôle politique.

vanguardngr.com
vanguardngr.com

7. El Khabar

elkhabar.com

Fondé en novembre 1990, il est la propriété d’un groupe de journalistes. El Khabar est un quotidien algérien d’informations générales  en langue arabe. Il appartient à la SPA El Khabar, le groupe emploie 215 personnes dont 75 journalistes.

elkhabar
elkhabar.com

8. The Standard Bank of South Africa

standardbank.co.za

Entreprise fondée en 1862, Standard Bank Group Limited est un des plus gros groupes de services financiers sud-africain. Il est actif dans 38 pays dont 18 en Afrique. Son siège se situe à Johannesburg. Historiquement, c’était la filiale nommée Standard Bank of South Africa qui appartenait à la banque britannique Standard Bank.

standardbank
standardbank.co.za

9. Absa Group Banks

absa.co.za

Encore une autre banque sud-africaine dans ce classement. En 1999, plusieurs banques sud-africaines fusionnent en une seule marque et adoptent une nouvelle identité visuelle en se baptisant : Absa Group Limited.

absa
absa.co.za

10. Jumia

jumia.com.ng

Fort de son expérience sur les marchés du e-commerce en Europe, Rocket Internet, l’incubateur de start-up qui a déjà lancé avec succès Zalando, e-Darling et Groupon affirme sa présence en Afrique en lançant Jumia. Il s’agit d’un site de vente en ligne dédié aux produits high-tech, aux culturels mais aussi aux vêtements, chaussures et accessoires de mode.

jumia
jumia.com.ng

Un constat à faire

Que retenir de ce classement ? Le constat est édifiant : les sites d’informations, d’e-commerce et des sites de banques se partagent le podium des sites africains les plus visités.

Explications de ce constat

La majorité des sites Internet du classement proviennent des pays africains ayant le plus d’abonnés à l’Internet (Nigeria, Afrique du Sud, Égypte, Algérie). A titre d’information, le Nigeria compte 48.366.179 abonnés, suivi de l’Égypte avec 29.809.724 abonnés, de l’Afrique du Sud 8.500.000 et enfin de l’Algérie 5.230.000 abonnés (source: Africa internet stats décembre 2012).

Ce classement ne reflète pas pour autant la popularité de ces sites Internet africains car il ne prend pas en compte l’aspect  popularité, en terme de notoriété,  de viralité et de partage du contenu.