Les 10 sites internet africains les plus visités

Voici le top 10 des sites africains les plus populaires en se basant sur le Rank Alexa. Il est bon de savoir qu’Alexa fournit de l’information sur 30 millions de sites Internet sur les quelques plus de 625 millions qui existent. Le Trafic Rank d’Alexa n’est pas fondé sur un nombre de visites. Le calcul se base sur le nombre de visiteurs compté qu’une fois par jour, combiné à un nombre de pages différentes vues le même jour par ces visiteurs. Ces indices sont compilés quotidiennement et agrégés pendant trois mois, c’est son Rank. Cette note représente donc la popularité de visite du site.

1. Nairaland, the Nigerian forum

nairaland.com

Ce forum de discussion Nigérian regroupe une dizaine de services comme les rencontres, les technologies, le divertissement ou l’emploi. Nairaland est une communauté en ligne créée par Seun Osewa en Mars 2005. Le trafic de Nairaland est principalement issu de pays africains et d’un grand nombre de Nigérians de la diaspora.

nairaland.com
nairaland.com

 2. News24

news24.com

Classé à la deuxième place de ce classement, ce site d’information version électronique du groupe Naspers, relaie les infos d’Afrique du Sud 24H/24. Principales rubriques d’actualité : sport, technologie, spectacles…

news24
news24.com

3. Bidorbuy

bidorbuy.co.za

Créé en 1999, le plus important site de commerce électronique de l’Afrique du Sud se classe à la troisième place. Idéal pour acheter ou vendre en ligne toutes sortes d’articles, ce site d’ e-commerce, basé sur les enchères, permet aux particuliers et aux entreprises de commercer les uns avec les autres. Les Transactions sur bidorbuy sont en rands sud-africains.

bidorbuy.co.za
bidorbuy.co.ca

4. AlMasry AlYoum

almasryalyoum.com

Al-Masry Al-Youm est un quotidien d’information égyptien créé en Juin 2004. Il est publié en arabe et son site Web almasryalyoum.com, dispose d’une version anglaise introduite en 2009.

almasry
almasryalyoum.com

 5. First National Bank of South Africa

fnb.co.za

First National Bank (FNB), littéralement “première banque nationale”, est une des quatre plus grandes banques d’Afrique du Sud. La FNB prétend être la plus ancienne banque d’Afrique du Sud. Créée en 1838 suite à une campagne contre l’apartheid, la banque devient entièrement contrôlée par des sud-africains et se renomme First National Bank of Southern Africa Limited en 1987.

fnb.co.ca
fnb.co.ca

6. Vanguard News

vanguardngr.com

Le Vanguard est un quotidien publié par Vanguard Media, basé à Lagos, Nigeria. Vanguard médias a été créé en 1983 par le journaliste vétéran Sam Amuka-Pémou avec trois amis. vanguardngr.com est l’édition en ligne de ce journal. L’un des rares au Nigeria qui soit considéré comme indépendant de tout contrôle politique.

vanguardngr.com
vanguardngr.com

7. El Khabar

elkhabar.com

Fondé en novembre 1990, il est la propriété d’un groupe de journalistes. El Khabar est un quotidien algérien d’informations générales  en langue arabe. Il appartient à la SPA El Khabar, le groupe emploie 215 personnes dont 75 journalistes.

elkhabar
elkhabar.com

8. The Standard Bank of South Africa

standardbank.co.za

Entreprise fondée en 1862, Standard Bank Group Limited est un des plus gros groupes de services financiers sud-africain. Il est actif dans 38 pays dont 18 en Afrique. Son siège se situe à Johannesburg. Historiquement, c’était la filiale nommée Standard Bank of South Africa qui appartenait à la banque britannique Standard Bank.

standardbank
standardbank.co.za

9. Absa Group Banks

absa.co.za

Encore une autre banque sud-africaine dans ce classement. En 1999, plusieurs banques sud-africaines fusionnent en une seule marque et adoptent une nouvelle identité visuelle en se baptisant : Absa Group Limited.

absa
absa.co.za

10. Jumia

jumia.com.ng

Fort de son expérience sur les marchés du e-commerce en Europe, Rocket Internet, l’incubateur de start-up qui a déjà lancé avec succès Zalando, e-Darling et Groupon affirme sa présence en Afrique en lançant Jumia. Il s’agit d’un site de vente en ligne dédié aux produits high-tech, aux culturels mais aussi aux vêtements, chaussures et accessoires de mode.

jumia
jumia.com.ng

Un constat à faire

Que retenir de ce classement ? Le constat est édifiant : les sites d’informations, d’e-commerce et des sites de banques se partagent le podium des sites africains les plus visités.

Explications de ce constat

La majorité des sites Internet du classement proviennent des pays africains ayant le plus d’abonnés à l’Internet (Nigeria, Afrique du Sud, Égypte, Algérie). A titre d’information, le Nigeria compte 48.366.179 abonnés, suivi de l’Égypte avec 29.809.724 abonnés, de l’Afrique du Sud 8.500.000 et enfin de l’Algérie 5.230.000 abonnés (source: Africa internet stats décembre 2012).

Ce classement ne reflète pas pour autant la popularité de ces sites Internet africains car il ne prend pas en compte l’aspect  popularité, en terme de notoriété,  de viralité et de partage du contenu.

Top 10 des sites les plus populaires en Chine

Quels sont les sites les plus populaires en Chine ? Voici le top 10 des sites chinois en chinois les plus populaires en se basant sur une combinaison du Rank Alexa, de la richesse du contenu, du feedback des utilisateurs mais aussi de l’originalité.

1. Baidu

Sans conteste le moteur de recherche numéro 1 en Chine avec 70 à 80% de part de marché, Baidu est incontournable en Chine. Mis à part le moteur de recherche, il est possible de rechercher de la musique, des images, des vidéos etc. Il existe également d’autres services comme Baidu Baike (équivalent chinois de Wikipédia), Baidu Zhidao (équivalent de Yahoo Answers) ou encore Baidu Tieba (équivalent à Google Groups, plateforme très importante de forum en Chine). Il est intéressant de voir que le SEO sur Baidu et sur Google est également totalement différent.

2. Weibo

C’est en 2009 qu’apparait un site qui va révolutionner les habitudes sur Internet des chinois. Il s’agit de Weibo. Le site a été créé par Sina Corp qui est une entreprise de média très populaire en Chine.

Weibo peut être décrit comme une association de Facebook et de Twitter. C’est ce site qui a vraiment permit la démocratisation du concept de microblogging en Chine. Début 2013, on comptait 500 millions de membres. A lire également les 10 raisons d’être présent sur Weibo.

3. QQ (Tencent)

Si l’on devait chercher l’équivalent chinois du défunt MSN Messenger, il s’agirait sans aucun doute de QQ. Réplique d’ICQ (le service de messagerie instantanée), QQ est le service d’IM le plus répandu en Chine, il occupe quasiment tous les ordinateurs. Tout comme Baidu, Tencent, l’entreprise qui est à l’origine de QQ propose des services annexes comme par exemple la QZone, plateforme de blogging ou encore de nombreux jeux. Il existe également une version française de la messagerie instantanée.

4. Taobao

Equivalent chinois d’eBay, Taobao est une plateforme de vente e-commerce majeure en Chine. Le site crée en 2003 appartient au groupe Alibaba. Ses chiffres de vente sont impressionnants : 50 000 ventes par minute et 1000 milliards de yuans en transactions pour l’année 2012. Taobao utilise le système de paiement Alipay (équivalent Paypal en Chine). Il est disponible uniquement en chinois.

 

5. Sina

Plus grand portail Internet en Chine, on pourrait le comparer à Yahoo. Tout comme ses concurrents Sina propose de nombreux services pour ses utilisateurs. Le site est édité par la puissante société Sina Corporation qui est à l’initiative également de Sina Weibo. Il est disponible en anglais et en chinois.

 

6. Google

En effet, même si Baidu à une position dominante, Google avec sa version à Hong Kong Google.com.hk reste populaire en Chine. En effet, on pourrait dire que Baidu indexe très bien les pages en chinois mais moins celles en anglais. Google est donc l’alternative idéale si l’on recherche des sites américains par exemple. Il serait intéressant de voir si à termes les chinois changeront leur habitude pour utiliser d’avantage Google afin que celui-ci gagne quelques parts de marché.

7. Youku et Tudou

Il faut savoir qu’à cause de la censure chinoise, Youtube est bloqué en Chine. Concernant les alternatives on peut évoquer Youku et Tudou. Youku a été lancé en 2006. Tudou pour sa part a été créé une année auparavant en 2005. Les statistiques de Tudou évoquent 50 000 vidéos environ publiées chaque jour.

Pour avoir plus de puissance, les 2 sites ont récemment fusionné afin de fonder Youku Tudou Inc.

8. 163.com

163.com ou Netease le service le plus populaire concernant les adresses mails chinoises. Il propose en effet gratuitement de se créer une adresse email. C’est également un portail Internet avec de nombreuses informations tout comme Sina.

9. Douban

C’est une plateforme web multi-produits qui génère du contenu en fonction des intérêts des utilisateurs. Le side a été fondé en 2005. On compte 68 millions d’utilisateurs enregistrés et plus de 150 millions de visiteurs en Mars 2013.

 

10. Tianya

Le site propose des forums, une plateforme de blog, l’hébergement de photos, l’hébergement de vidéos, du shopping etc. C’est l’endroit parfait lorsque que l’on souhaite surfer sur Internet sans chercher quelque chose en particulier.

Bonus : WeChat

Pas réellement un site Internet mais WeChat est également incontournable en Chine concernant la messagerie instantanée sur mobile. Il intègre également une petite plateforme d’expression où l’utilisateur peut poser des messages et des photos. Pour en savoir plus sur WeChat, rendez-vous sur notre précédent article dédié à celui-ci.

Buzz chinois : attention à la contrefaçon !

État des lieux

Étant basé en Chine, je scrute avec attention ce qu’il se dit sur le web chinois via la plateforme de microblogging Weibo ou via les forums qui sont très populaires en Chine.

La première chose que l’on remarque c’est que la quantité d’informations échangées entre membres de ces réseaux est colossale et que les sujets traités sont extrêmement variés à savoir vie de tous les jours, images drôles mais également des informations sur les entreprises chinoises ou étrangères.

Et c’est ce point qui nous intéresse. En effet, il n’est pas rare de voir sur le net chinois de nombreuses polémiques naître suite au message d’un internaute sur telle ou telle marque. Un message posté sur un compte lambda peut voir son audience être démultipliée si celui-ci est transféré par un leader d’opinion avec des millions de followers.

Prenant la forme de dénonciation de scandales, ces informations pouvant être catégorisées comme buzz sont soit véridiques et à ce moment-là la marque doit prendre les mesures nécessaires pour contrôler au mieux la crise et gérer de manière optimale sa e-reputation ; soit elles sont complètement faussées et créées de toutes pièces par des internautes voulant s’amuser ou pire par des marques concurrentes. Il est donc très difficile pour les marques de se positionner par rapport à ces « bad buzz ».

 Mise en pratique

 Voici 3 exemples de cas récents de faits réels, inventés de toute pièce ou dont la véracité est douteuse :

Les cigarettes électroniques chinoises

Situation :

Il est récemment apparu sur Youku (l’équivalent de YouTube en Chine) une vidéo qui a fait 450 000 vues en moins de 12 heures, ce qui est relativement important. La vidéo se présente sous la forme d’une expérience scientifique présentant une machine qui fume 400 cigarettes et qui recueille le tout dans une bouteille d’eau. L’eau d’abord claire, devient rapidement noire. Celle-ci est ensuite portée à ébullition et on voit apparaître au bout d’une heure une substance ressemblant à du charbon. Un message apparaît ensuite expliquant les dangers du tabac avec une présentation produit d’une cigarette électronique.

Explications :

Au départ, on pourrait penser à une publicité polémique présentant les « bénéfices » d’une cigarette électronique comparée à une cigarette classique mais lorsque l’on s’intéresse de plus près aux commentaires, on remarque que ceux-ci sont suspects. Ils ont tous été postés à intervalles très courts et tous à partir d’Android. Ensuite lorsque l’on continue l’enquête, on remarque que la vidéo a en fait été volée à un autre utilisateur japonais qui l’avait mis en ligne sur YouTube.

Conclusion :

Aujourd’hui, la vidéo Youku semble avoir été supprimée puisque la supercherie a été découverte. Dans ce cas, non seulement les commentaires sont faux, ce qui est courant sur l’Internet chinois mais en plus, il y a violation de droits d’auteur.

Le Hainan rendez-vous

Situation :

Le Hainan rendez-vous est un événement crée en 2010 qui s’est déroulé cette année du 30 mars au 2 avril dans la station balnéaire de Sanya située en Chine. C’est un événement de luxe attirant les plus grandes fortunes chinoises et internationales. Il est également très prisé des marques de luxe, qui en profite pour trouver des clients potentiels. En 2012, le Hainan rendez-vous a attiré 20 000 visiteurs.

Explication :

Comme souvent, c’est de Weibo qu’est partie la rumeur. L’événement s’est positionné dans les Top Buzz avec le titre « Hainan Rendez-vous : l’orgie ». Plusieurs informations ont alors été échangées au sujet de l’événement.

Certains affirment tout d’abord que ce serait un lieu avec de nombreuses prostituées et qu’il y aurait de nombreux rapports sexuels. On aurait trouvé sur le lieu d’une des soirées 2100 préservatifs. On annonce également qu’un homme serait porteur du VIH et qu’il aurait eu de nombreuses relations.

L’événement a donc la réputation d’être un lieu de débauche pour ceux qui s’y rendent.

Conclusion :

Difficile de savoir si l’ensemble des faits sont vrais, une chose est sûre c’est que l’événement a mauvaise presse. Tout ce buzz est sûrement orchestré par une poignée de personne qui avait sûrement un intérêt à diffuser ce genre d’informations.

Ceci met en tout cas en avant, la super-puissance de Weibo en termes diffusion d’informations. Généralement les chinois ne recroisent pas leurs sources et prennent une information telle quelle et la rediffuse par la suite.

Pendant ce temps là, la marque Durex en a profité pour surfer sur ce buzz sur leur compte Weibo.

 Apple

Situation :

Apple a été récemment accusé de traiter différemment les consommateurs chinois en termes de service après vente. Par exemple, les chinois ne peuvent pas obtenir une coque de derrière comme évoqué dans les publicités Apple et la garantie pour les chinois est plus courte que pour les Américains.

Explication :

Au départ, Apple n’a fait aucune réaction par rapport à cette crise. Elle a laissé son agence de relations presse à Pékin gérer la situation. Une réponse assez vague a été fournie expliquant que la marque était dédiée à la production de produits haut de gamme et de proposer à leur clients une expérience unique. Les réactions se sont multipliées d’avantage sur Weibo en réveillant le patriotisme des chinois :

方舟远方:苹果声明不足两百字 网友戏称为假大空经典范文

La réaction d’Apple fait moins de 200 mots, c’est un exemple classique de réponse vide.

不想长大ss:为什么 只有中国保修不给换后盖?为什么其他国家连后盖的整机给换?

Pourquoi le remplacement de coque arrière n’est pas disponible uniquement en Chine ? Pourquoi l’ensemble des autres pays peut en profiter ?

Conclusion :

Finalement, Tim Cook, le PDG d’Apple a décidé de prendre les choses en main et de s’excuser publiquement auprès des chinois le 2 avril dans une lettre que l’on peut consulter à cette adresse : http://www.apple.com.cn/support/warranties/

Dans cette lettre, il rappelle qu’Apple est attachée à ses clients et qu’à l’avenir elle va améliorer le service proposé aux consommateurs chinois.

Conclusion sur les buzz chinois

A travers ces différents cas, il faut donc se méfier de ces vidéos ou de ces news qui buzz rapidement, il y a généralement quelque chose de louche lorsque l’on creuse un peu. Les marques chinoises n’hésitent pas à employer tous les moyens nécessaires pour faire parler d’elles.

 A lire également

AQMI, le nouveau twittos pas comme les autres

Le compte d’AQMI sur Twitter

Aujourd’hui, c’est d’un sujet qui sort un peu de nos habitudes dont nous allons parler. En effet, depuis le 28 Mars, vous pouvez désormais retrouver sur Twitter le compte officiel d’AQMI. Étonnant non ? Essayons un peu de tirer tout ça au clair !

Twitter déjà. Comme vous le savez, c’est un site de micro-blogging qui vous permet de suivre des personnalités, des rédactions de presse, des hommes politiques, enfin bref, plein de monde. A coup de tweets longs de 140 caractères, vous pouvez communiquer à l’échelle mondiale. Le site pèse désormais plus de 500 millions d’utilisateurs dans le monde. D’ailleurs, vous voyez un peu de Twitter à la télévision tous les jours. Si, vraiment. Regardez bien lors de vos émissions préférées, le présentateur vous rappelera son Hashtag au moins une ou deux fois. Mais revenons à notre information.

Qu’est-ce que cela peut signifier concrètement ?

Eh bien premièrement, une organisation terroriste qui profite d’un service de communication mondial, c’est avant tout pour montrer <<ses muscles>> si je puis dire. Faire une démonstration de force. C’est aussi un moyen de propagande à la vue de tous. Et accessoirement, ça fait le buzz. La preuve, d’autres rédactions n’ont pas manquées de relayer l’information.

On peut imaginer que c’est là surtout une sorte d’avertissement envers les gouvernements qui sont engagés contre cette organisation. AQMI sur Twitter, c’est surtout pour eux le moyen de diffuser rapidement une propagande implacable. Vous devez d’ailleurs avoir l’habitude d’en entendre parler dans les journaux télévisés via des vidéos montrant les otages et la puissance de feu dont ils disposent. Ici, un des premiers tweets d’AQMI renvoie vers un article (en anglais) concernant les otages français ; je vous passe le contenu de l’article qui après lecture est évidemment un écrit de propagande avec menaces envers la France en bonus. Les autres tweets sont rédigés en arabe, passez donc par un outil de traduction si vous vous sentez d’humeur curieuse.

Au soir du 29 Mars, soit 24h après le lancement de ce compte, le nombre de followers s’élève à environ 2200. On peut d’ailleurs observer l’évolution constante de ce chiffre. Les followers sont pour certains des journalistes, pour d’autres de parfait inconnu dont les comptes sont en arabes.

Si l’information fait grand bruit, c’est parce que c’est la première fois que l’on peut retrouver un groupe terroriste comme AQMI sur un site communautaire. Bien que l’on imagine qu’ils vont profiter de la puissance de Twitter pour communiquer à l’échelle mondiale, on peut surtout s’attendre à ce que la direction décide bientôt à clôturer ce compte. Il serait invraisemblable que la direction du site à l’oiseau bleu laisse un groupe terroriste utiliser son site comme un outil de propagande 2.0. En effet, les organisations terroristes utilisent depuis un moment les outils du web (site, forum, Facebook, Twitter…) pour  communiquer entre-elles et diffuser leur propagande. Ces outils puissants sont devenus en peu de temps une arme fatale entre leurs mains. Selon une étude de Gabriel Weimann publiée en janvier 2012, 90% de l’activité des organisations terroristes en ligne aurait lieu sur les réseaux sociaux. Cela a poussé l’administration américaine via Hillary Clinton (la secrétaire d’état à l’administration),à créer le 23 janvier dernier deux structures dont le but est de contrer la propagande terroriste. Et comment font-ils? Tout simplement en utilisant eux aussi des messages de persuasion (entendez propagande). Même méthode, cause différente.

En attendant, vous pouvez toujours chercher @Andalus_Media sur le site et constater par vous-mêmes l’arrivée de ce nouveau Twittos pas comme les autres.

Poissons d’avril : le cru 2013

Comme le veut la tradition, le 1er avril est le jour des blagues. Ainsi, de plus en plus de média jouent le jeu chaque année. Parmi toutes les blagues recensées, Analyze Thiz a pêché les meilleures et vous les partage :

Google a frappé fort en faisant des blagues sur plusieurs de ses services.

Google Nose

“Il faut le sentir pour le croire”. Google lance la recherche olfactive avec Google Nose et vous permet de chercher et de recréer des odeurs.

google nose 1er avril

Plus de détails en vidéo :

Google Maps

Lancez-vous dans une chasse au trésor en vous aidant de Google Maps et de sa carte au trésor, tout en utilisant Street View au travers de la longue vue d’un pirate.

chasse au tresor google maps

Gmail Blue

YouTube

Le site de de partage vidéos a annoncé sa fermeture la semaine dernière et a décidé de mettre à l’honneur la créativité des internautes. Pendant les dix prochaines années, un jury déterminera la vidéo gagnante de YouTube.  «Après huit années extraordinaires, il est temps de revoir tout ce qui a été publié et sélectionner un vainqueur, explique-t-on chez Google. “Il ne s’agit pas d’un concours de popularité. La vidéo de Gangnam Style a autant de chance de gagner que celle vue par 40 personnes d’un homme donnant à manger à des canards”. Wait and see. Ou pas.

LDLC.com

Le site de e-commerce high-tech lance sa BoX. Révolutionnaire, on vous dit, puisqu’elle fait tout, même plancha et aquarium. Le tout, sans fil -ou presque, et avec un pré-haut débit.

LDLC Box

 

Le Journal du net

Le JDN a revu intégralement sa home pour le 1er avril.

premier avril 2013 journal du net

La Poste

Faites-vous livrer votre presse quotidienne par un drône. La Poste a annoncé via un communiqué un nouveau service, en partenariat avec Parrot : l’Air drone postal. Le service sera en testé en Auvergne au travers d”une vingtaine de drones qui seront déployés d’ici le mois de mai.

poste drone parrot

 

Pottermore ou le nouveau site interactif pour jeunes moldus

 Accessible depuis bientôt un an, le site « Pottermore », en référence au monde d’Harry Potter (et oui, « Potter » – more), est le nouveau moyen de se replonger dans le monde de la magie pour les jeunes « Potter-fans », qui regrettent déjà la fin des aventures du jeune sorcier à lunettes.

Créé par J.K Rowling, – l’auteur de la saga – ce site fêtera donc son premier anniversaire le 14 avril prochain.
L’occasion donc pour moi de vous emmener y faire un tour, histoire de voir si ce site vaut le coup ou non. Enfourchez vos Nimbus 2000 ou autre Eclair de Feu, c’est parti !

Déjà, qui a dit que l’aventure Harry Potter était terminée ?

Oui je sais, vous allez me dire que la saga a pris fin depuis un bon moment, qu’il faut passer à autre chose… et bien non. « Pottermore » est justement là pour nous aider à ne pas nous morfondre devant notre télévision à regarder en boucle les DVD du jeune Harry et ses amis.
On nous offre donc ici une formidable expérience interactive, consacrée à la lecture, qui nous replonge dans les aventures du jeune sorcier en nous permettant de voyager à travers les sept livres de la saga. Nouveaux contenus sur les personnages, objets ou autre endroits du monde des sorciers, « Pottermore » est une véritable encyclopédie pour les fans qui veulent aller plus loin, et connaître davantage de choses sur l’histoire qui a marqué leur enfance. Tout est publié au fur et à mesure : actuellement, nous sommes au troisième tome, « Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban », de nouveaux chapitres étant apparus récemment.

Mais hormis la lecture, que peut-on trouver d’autre sur ce site ? Eh bien, chers Moldus, apprenez que des petits jeux sont mis en place pour vous permettre de vous mettre à la place de jeunes sorciers de Poudlard : créer des potions ; effectuer des duels avec ses amis ; acheter ses affaires sur le chemin de Traverse… Vous pouvez tout faire comme Harry ! Mieux encore. A l’inscription, chaque internaute subit un test mis en place par J.K Rowling elle-même afin de savoir, à la manière du Choixpeau Magique, dans quelle maison aller. (Alors, êtes-vous plutôt Griffondor, Serpentard, Poufsoufle ou Serdaigle ?)

Quand je vous disais que Harry Potter est loin d’être une histoire ancienne ?

 Alors… ce qu’on aime sur Pottermore

Après cette petite présentation générale, voyons d’un peu plus près l’intérieur de ce site. Ce qui plaît avant tout, ce sont les histoires inédites que l’on trouve un peu partout. Depuis quand la famille Malefoy est-elle fidèle au Seigneur des Ténèbres ? Qui a fondé Poudlard ? Les plus curieux seront ravis de découvrir ces histoires qui nous délivrent de nouvelles informations croustillantes sur nos personnages favoris. C’est donc à vous, jeunes Moldus, de trouver ces fameuses histoires à travers les chapitres que vous explorez. Tiens ? Cet objet brille là, au fond à droite, à côté du Saule Cogneur? Cliquez ! Et découvrez la jeunesse de notre cher professeur Mac Gonagall.

Extrait d’un des textes inédits de l’auteur présents sur le site

Et justement, ce que l’on aime encore plus dans ce site, c’est l’implication fournie par l’auteur elle- même. La femme la plus riche d’Angleterre trouve encore le temps de mettre en place un site regorgeant d’histoires inédites pour ses fans ! Et ce sont réellement d’authentiques textes de l’auteur qui sont mis en ligne puisque chacun d’eux disposent de la signature officielle de J.K Rowling en fin de page. Elle décida de créer ce site en juin 2011 et lança alors une grande campagne – « la Plume Magique » – , à travers une vidéo, où elle s’adresse à ses fans et leur explique son projet. Elle permet ainsi à près d’un million de fans d’accéder en avant-première à son site, s’ils répondent correctement aux énigmes de l’auteur sur la saga Harry Potter. Et ça marche : très vite, le site subit des ralentissements suite à l’afflux des internautes qui se ruent sur « Pottermore ». C’est un véritable succès pour Joanne qui lui permet de dévoiler aux fans les dessous encore cachés du monde complexe qu’elle a créé.

Enfin, dernier point qu’on « like » particulièrement sur « Pottermore », c’est le décor, le visuel même du site.Réalisé sous forme de dessins, ces décors reprennent les livres et films Harry Potter. Logique. L’internaute voyage donc dans ces magnifiques lieux : le Poudlard Express, le chemin de Traverse, les cachots… et dispose également de sons, afin de vraiment bien s’infiltrer dans l’histoire. Un très beau voyage interactif donc.

La grande salle, représentée sur le site Pottermore.

 Ce qu’on aime moins…

Et oui comme dans toutes bonnes analyses, je me dois également de souligner les défauts de ce « Potter-site ». Et le premier n’est pas un des moindres puisqu’il concerne la rapidité avec laquelle on voyage dans les chapitres. On se retrouve en effet très rapidement à avoir tout exploré et à devoir attendre que d’autres chapitres soient mis en ligne. Or, l’attente est trèèès longue puisque tout est ajouté au fur et à mesure que Joanne fournit des textes au site. Un après-midi sur Pottermore et vous voilà déjà à la fin du tome 2, frustré de ne pouvoir continuer votre exploration…
Autre problème : on ne dispose pas suffisamment de contenus multimédias. On aimerait bien voir davantage de vidéos, de « vie » au sein du site, même si, bien sûr, tout est basé autour de la lecture. Ce point fut d’ailleurs fortement clamé par les fans qui réclamaient davantage de jeux interactifs sur Pottermore. Ils ont été entendus puisque dans le deuxième tome – « Harry Potter et la Chambre des Secrets »- des interactions supplémentaires ont été ajoutées. Mais ce n’est malheureusement pas encore suffisant.

Résultat, les internautes se lassent vite. Certes les histoires inédites valent le coup, mais il n’y a pas assez d’activités diverses au sein du site. Et c’est bien dommage. Les aventures du jeune Harry regorgent pourtant de tas de péripéties, d’actions, qui pourraient rendre le site encore plus ludique qu’il ne l’est déjà ! Pourquoi ne pas proposer quelques matchs de Quidditch ? Des vidéos inédites ? Pottermore est donc un bon site pour se détendre et découvrir des histoires inédites sympathiques mais manque un peu de diversité si on veut aller encore plus loin.

Calor innove et propose le grand saut

Pour promouvoir son tout dernier fer à repasser sans fil, Calor, marque d’électroménager du groupe Seb, a choisi de faire dans la vidéo virale. Pour illustrer le concept du Freemove, le fer à repasser sans fil, l’agence Buzzman a pensé à nous faire vivre une expérience à la chute pour le moins inédite. Continue reading Calor innove et propose le grand saut

Tipp-ex refait le Buzz, et c’est réussi

Souvenez-vous, fin 2010 la marque Tipp-Ex, appartenant au groupe Bic, lançait via l’agence Buzzman une vidéo virale sur YouTube mettant en scène un ours et un chasseur. Les internautes pensaient connaître la fin de l’histoire, mais ils pouvaient la modifier en tapant un verbe d’action :”eats”, “kisses”, “urinates with”… Les vidéos avaient fait le tour du Web : des 20 millions de vues et 1 tweet par seconde les premiers jours.
Continue reading Tipp-ex refait le Buzz, et c’est réussi