7 entreprises chinoises qui domineront l’industrie technologique de demain

L’incroyable bon en avant des entreprises Chinoises dans l’économie du mondiale !

En réalité, les compagnies et start-up chinoises ne sont plus adeptes des parfaites répliques des innovations provenant des autres pays. En effet, une nouvelle vague de consommateurs chinois est née suite à la rapidité de la croissance économique qui ralentit seulement depuis l’année dernière. Les consommateurs chinois ont des attentes différentes et qui changent rapidement. De plus, ils sont devenus hyper connectés et ont besoin d’avantages d’innovations avant d’effectuer de quelconques dépenses.

Voici donc les 7 compagnies ayant apporté d’importantes innovations technologiques en Chine et continuent de progresser afin d’offrir les meilleurs services possibles aux consommateurs. Ces entreprises ont un puissant impact sur la population chinoise et représente le fil conducteur de l’économie chinoise pour les années à venir.

Baidu

 

La plupart des utilisateurs occidentaux l’appelle souvent le “Google chinois”. En effet, Baidu est le premier moteur de recherche en Chine et constitue une incroyable opportunité pour les entreprises d’augmenter leur e-réputation en étant référencées sur la première page de Baidu. De plus, mis à part les services internet habituels, Baidu a élargi ses horizons dans le paiement électronique afin de faire concurrence à Alipay et Wechat, grâce au porte-monnaie Baidu ainsi que des services de livraison de nourriture dans plus de 70 villes chinoises avec Waimai.

Alibaba

Alibaba est l’un des géants technologiques du pays les plus populaires mais aussi à travers le monde. En effet, la compagnie dispose de la plus large plate-forme e-commerce du monde et dirige d’ailleurs Tmall, Taobao ainsi qu’Alibaba.com remportant un succès phénoménale en Chine et même auprès des étrangers. En réalité, avec plus de 100 millions d’utilisateurs, les plates-formes accueillent des millions de marques étrangères comme locales. Par ailleurs, le pouvoir d’Alibaba a également attiré beaucoup d’investissements et de contributeurs tel que Yahoo détenant une contribution de 15% qui fut évaluée à plus de 30 milliars de US dollars. De plus, Yahoo est aussi le co-fondateur de Jerry Yang racheté pour 1 milliard de US dollars en 2005 en échange d’obtenir Alibaba à 40%.

Ainsi, la célèbre compagnie est devenue un géant de l’e-commerce et la plus populaire pour le shopping en ligne dont la croissance reste à ce jour la plus rapide du monde sur le marché. Par ailleurs, 80% de shopping en ligne du marché chinois est dominé par Alibaba. Alors que la Chine reste bien loin derrière les États-Unis en terme PIB, la Chine demeure le plus large marché e-commerce mondiale grâce notamment aux plates-formes B2C, C2C et B2B d’Alibaba.

Tencent

Vulgairement appelé le “Facebook chinois” par le reste du monde, Tencent a longtemps été connu pour son service de messagerie instantanée QQ et ses 200 millions d’utilisateurs actifs. Cependant, Wechat a depuis largement pris les devants, et devient le digne successeur de QQ avec un large choix de services de plus en plus innovant. En outre, la célèbre plate-forme chinoise est une combinaison de WhatsApp, Facebook, Apple pay, Google news et slack. Wechat est rapidement devenue un mode de vie pour les utilisateurs chinois qui utilisent l’application que ce soit pour discuter, découvrir les dernières tendances de leurs marques préférées, commander à manger ou encore payer en ligne devenant ainsi le plus grand concurrent du service de paiement d’Alipay en Chine. Aujourd’hui, Wechat est réellement devenu puissante et attire également les étrangers s’expatriant sur le territoire.

JD.com

JD.com ressemble de près à “l’Amazon Chinois” et bien que la Chine soit inondée de produit contrefaits, JD parvient à garder des produits authentiques des plus grandes marques du monde. Aujourd’hui, la plate-forme délivre ses produits à plus de 600 millions de clients par jour dans le pays. L’entreprise travaille également sur la livraison de drones dans les villes plus rurales. La compagnie utilise aussi une base de donnée afin de gérer au mieux les stocks, optimiser la qualité de livraison et créer des modèles de base de données encore plus sophistiqués afin d’implanter son propre service de paiement pour les clients.

Didi

Didi Chuxing est connu pour la création d’un service personnel de véhicules avec chauffeur. La compagnie est la plus populaire en Chine, offrant plus de 10 millions de voyages la journée. Didi fut créée en 2012 et possède plus de 5000 employés. Elle fut évaluée à plus de 16 milliards d’US dollars. Aussi, Didi est également devenue une application mobile. En effet, la célèbre entreprise travaille en étroite collaboration avec des chauffeurs indépendants des taxis. Pour finir, la compagnie a également mis en place un service de co-voiturage et collabore avec Didi Bus.

Huawei

 

Huawei a pour but premier de fournir des solutions technologiques pour les entreprises de télécommunication. De plus, la marque est devenue l’un des principaux fabricant d’appareils mobile du monde. Huawei est d’ailleurs à la hausse sur un certain nombre de marchés en dehors de la Chine et s’est réellement développée ces dernières années. Dans un monde où les fournisseurs d’équipement électroniques, de logiciels et de services se bousculent, Huawei a su s’imposer comme un leader sur le marché du B2B mondiale.

Xiaomi

Xiaomi est une entreprise chinoise d’électronique et d’informatique, spécialisée dans la téléphonie mobile intelligente. La société a développé une base de fans engagés pour sa marque “Mi” des smartphones en favorisant une énorme communauté de 170 millions d’utilisateurs dans le monde. Cela a contribué à faire des appareils Xiaomi le téléphone de choix parmi les utilisateurs de smartphones les plus actifs en Chine. Alors que le Mi smartphone n’est pas encore au top au niveau du design comme Apple et Samsung, Xiaomi a été plus innovante dans d’autres domaines. La société est en train de devenir une marque de produit de consommation beaucoup plus large. Ses produits les plus récents comprennent une télévision à écran plat, un casque hi-fi et des écouteurs, un boîtier décodeur TV, un tracker de remise en forme, un stylo de mesure de la qualité de l’eau…

Comment le Vin se 2.0 en Chine ?

Le Vin se met au 2.0 en Chine?

Beaucoup ont une certaine image du vin soit élitiste, il faut être un connaisseur pour apprécier le vrai et bon vin, soit bon vivant avec le pinot sur le table au déjeuner, avec la charcuterie et le fromage. Ou seulement français. Mais ce qui demeure, c’est la manière d’acheter le vin. Que ce soit chez le producteur, en boutique spécialisée ou encore en supermarché, le consommateur fait la démarche d’aller voir les différents vins proposés et d’en acheter un directement, In Real Life.

French cellar wines

L’habitude n’est pas à la commande par internet, du moins pas encore.

Car de plus en plus de détaillants, entrepreneurs et autres businessmen saisissent cette part du marché encore peu exploitée, celle du Vin 2.0.

 Si les français n’ont pas ce réflexe de tout commander par internet en France, bien que cela change progressivement, la Chine est championne en la question.

Tout se livre, que ce soit au domicile ou au travail, alors pourquoi pas le vin ?

 Il faut savoir que la Chine est le premier consommateur de vin rouge, et malgré cela, le vin français (sans évoquer le local) premier prix disponible au Royaume du Milieu est incroyablement mauvais. Ceux plus chers ne sont pas meilleurs.

Ainsi, au vu des difficultés à trouver un bon vin français en Chine, ainsi que du nombre croissant d’expatriés français, le vin 2.0 est devenu la solution :

 Il est donc désormais possible de passer commande de bouteilles de vins certifiés français, via Internet sur les sites de e-commerce de sociétés d’exportations de vins français.

Certains, comme The French Cellar Cie, améliorent le concept de la simple livraison à domicile, pour fournir à leur client une expérience originale et pratique : la souscription à un abonnement mensuel.

French Cellar

Comme son nom l’indique, chaque mois l’abonné reçoit son colis contenant des bouteilles de vin, selon le niveau auquel il a souscrit. Une originalité qui est renforcée par la sélection renouvelée mensuellement par le sommelier de la cie, Nicolas Rebut, triplement étoilé, des vins bios et un certificat de l’origine des vins.

Un marché florissant

Ainsi, il s’agit de mettre au goût du jour la vente de vin dans un pays qui subit depuis 2012 un ralentissement, du à l’embargo opéré par le gouvernement chinois pour contrer la corruption en Chine. Il faut savoir que le vin français notamment est considéré comme étant un produit luxueux, il est donc souvent offert comme cadeau lorsque certaines personnes veulent obtenir des faveurs politiques, juridiques ou économiques.

 D’autres sociétés d’exportateurs viticoles français se sont également mis au 2.0 afin de promouvoir leurs produits, créant des websites de e-commerce à destination des expatriés en Chine, en mal de vin.

 Du besoin nait la création : les importateurs et exportateurs de vins l’ont bien compris puisqu’ils saisissent ce marché en pleine expansion et en premier lieu en Chine, où la livraison à domicile et les achats sur internet sont devenus la norme.

Le système est amené à prendre rapidement de l’ampleur et s’il ne conquiert pas tout de suite la France au regard de la culture du vin profondément ancrée, il pourrait vite s’imposer aux Etats-Unis et en Australie…

Lire plus :

Les clefs du succès pour réussir sur le e-commerce crossbording en Chine

10 digital strategies you need to learn if you work in travel industry in China

Les marques étrangères envahissent le marché chinois

Suning fait le lien entre le marché chinois et les marques étrangères

En ce moment, le marché du e-commerce attire toujours d’avantage de consommateurs chinois. Ils souhaitent acheter des produits étrangers principalement concernant les produits de beauté et de luxe. En effet, ces produits sont prisés pour leur qualité et leurs ce qui plaît particulièrement en Chine.

Suning, un retailer américain qui vend des produits électroniques en Chine, a remarqué que le marché chinois représentait une très grande opportunité pour les marques de cosmétiques notamment due aux attentes des consommateurs chinois. En effet,  ils sont de plus intéressés par l’achat de produits de beauté à travers les plates-formes e-commerce.

En lire d’avantage: L’e-commerce, un phénomène de société en Chine

 

Des avantages moins coûteux pour les consommateurs

Suning a créé sa propre plate-forme e-commerce dans le but de vendre une diversité de produits américains et étrangers. Le retailer souligne la diminution des frais de transports et les améliorations au niveau des infrastructures. Ce progrès permet d’offrir aux consommateurs un service plus efficace et un acheminement des produits plus rapide. Par conséquent, les ventes de produits cosmétiques en ligne ont augmenté.

Cela prouve que les plates-formes de e-commerce constituent un tremplin pour les compagnies américaines afin de pénétrer le marché chinois sans avoir besoin de se déplacer ou d’être présentes sur le territoire.

A lire également: La Chine, premier marché mondial de la distribution en 2016

 

Le boom du marketing digital

Les consommateurs chinois passent beaucoup de temps à tapoter sur leur smartphone dans le but de dénicher leurs produits cosmétiques fétiches sur les plates-formes e-commerce ou les médias sociaux chinois. Ils aspirent à d’avantage de conseils concernant les produits qu’ils achètent de la part de leur communauté. La communauté est très importante en Chine, les chinois se fient beaucoup à l’information que délivre leur amis, familles…etc.

En réalité, les ventes de cosmétiques en ligne atteindront environ 80 milliards de dollars d’ici 2017 ce qui va permettre aux compagnies étrangères de s’implanter d’avantage au sein du marché chinois.

Voici un article sur 10 reasons why to visit China

La compétition est rude !

 

Beaucoup de plates-formes e-commerce ont vu le jour ces dernières années en Chine permettant aux compagnies étrangères de lancer leur business en vendant leurs différents produits. Toutefois, aujourd’hui la compétition se fait ressentir au sein du marché chinois et les e-retailers doivent partager le marché principalement concernant la vente de produits de luxe et de cosmétiques.

Jumei est la plate-forme de ventes de produits de beauté et de luxe la plus populaire en Chine. Elle possède également une application mobile permettant aux consommateurs d’acheter les produits via leur smartphone. Cette plate-forme vend principalement des marques occidentales, ce qui attire d’avantage les consommateurs chinois totalement fous de ces produits. De plus, acheter en ligne permet aux consommateurs d’éviter les articles de contrefaçon de mauvaise qualité et illégaux. Par ailleurs, Jumei se bat contre cette tendance qui sévit en Chine.

Ensuite, c’est la marque française provençale “L’OCCITANE” qui prévoit de vendre ses produits au travers de Tmall Global. Cette plate-forme est l’une des plus importantes et la plus recommandée pour une marque cosmétique étrangère avec plus 70 000 partenariats et qui détient la moitié des ventes en ligne en Chine.

Les plates-formes Amazon et Costco se sont imposées sur le marché du digital dans le pays. Récemment, grâce à la fonction ePass d’Alipay, les retailers américains ont la possibilité de vendre leurs produits aux consommateurs chinois en utilisant le mandarin. Cette nouvelle caractéristique les encourage à finaliser leurs achats sur les sites d’e-commerce étranger.

La campagne de sensibilisation de Toms

Toms, une marque engagée

Toms est une marque américaine implantée en Chine depuis 2014. Elle est l’une des toutes premières marques dans l’industrie de la mode Chinoise engagée dans la responsabilité sociale.
La marque de chaussures basée en Californie fait don d’une paire de chaussures aux enfants dans le besoin pour chaque paire achetée (jusqu’à 650.000 enfants ont été aidé).

La puissance de la promotion sur WeChat

Ils ont fait la promotion d’une campagne intitulée «One Day Without Shoes» (« Un jour sans chaussures »), entre le 1er  et le 10 mai. Les utilisateurs de WeChat et Weibo ont pu participer en soumettant des photos de leurs pieds nus.

En savoir plus sur l’association : Save the Children

Le concept est simple, les utilisateurs ont simplement besoin d’utiliser leur application colorée et musicale WeChat où ils montrent comment participer, en utilisant un hashtag #withoutshoes (#sanschaussures) et en ajoutant des autocollants mignons de bande dessinée proposés par la marque.

En savoir plus sur les campagnes WeChat :  5 Jeux Wechat pour créer de l’engagement

 

Toms connait les recettes du succès en Chine

Certains KOLs (Leaders d’opinion) sont également impliqués dans cette campagne, comme la célébrité chinoise et ambassadrice de la marque Chanel en Chine, Zhou Xun.

Pour attirer les consommateurs chinois, les participants avec la photo la plus imaginative peuvent gagner un bon pour la marque de beauté et de bien être, Dragonfly.


Même 200 étudiants universitaires d’un peu partout dans le monde, se sont impliqués dans une marche de sensibilisation du public envers les communautés dans le besoin tout cela « pieds nus ».

Comment les marques italiennes devraient communiquer en Chine ?

Les marques italiennes sont très appréciées par les consommateurs chinois, surtout leurs produits de luxe.

Aux yeux des chinois, les marques de luxe italiennes représentent l’authenticité et l’élégance. Les marques de luxe italiennes ont su imposer leurs connaissance dans le monde de la mode et a donc un certain prestige. Le marché chinois constitue pour ces marques l’un des plus gros vivier de consommateurs de produits au monde. Comment communiquent ces marques en Chine ?

Internet et le marché du luxe en Chine

Nous savons qu’en Chine, tout se passe sur internet : en 2014, la taille du marché e-commerce était de 426 millions de dollars a une croissance de +27% en 2016. Ces chiffres montrent clairement le vrai enjeu pour les marques voulant conquérir cet empire.

Les chinois de classe moyenne sont de plus en plus nombreux. Il y a beaucoup de jeunes millionnaires, avides de produits de luxe européens et ayant une grande utilisation de l’internet. Il ne faut donc plus seulement compter sur les touristes chinois mais bien conquérir le client chez lui, sur son espace préféré : Internet. Avec plus de 680 millions de personnes connectés, la Chine est le pays le plus connecté au monde.

En ce qui concerne leur utilisation d’internet, 91% de ces utilisateurs possèdent un compte dans les réseaux sociaux populaires de Chine. Parmi ces réseaux sociaux, il y a Weibo et Wechat où les chinois passent le plus de temps. C’est pourquoi il est important pour les marques italiennes d’avoir une présence active sur ces réseaux pour mieux connaître les consommateurs chinois.

Le marché chinois est rempli d’opportunités pour ces marques de luxe si ils comprennent la particularité de la Chine et qu’ils arrivent à combiner le e-commerce à une bonne stratégie marketing digital.

La présence d’une marque sur les réseaux sociaux est impérative pour communiquer avec les consommateurs chinois. L’exemple de Versace possédant un compte officiel sur le réseau social Weibo où la marque partage des contenus sur la marques. Sur le compte, on peut voir différentes photos de célébrités portant du Versace, bien entendu les photos les plus populaires sont celles de célébrités asiatiques.

D’autres outils digitaux disponibles pour les marques de luxe

 D’autres marques préfèrent utiliser d’autres outils digitaux, comme Gucci qui utilise un autre réseau social chinois nommé Douban qui est une plate-forme dédiée aux avis des consommateurs sur des produits services. Gucci a lancé une campagne nommée « Cut&Craft » en défiant ses fans les plus créatifs à créer des sacs de la marque avec l’aide de conseils et un petit manuel. Celui qui créé le sac le plus original était récompensé par la marque.

Fendi aussi a était l’une des marques à avoir proposé des campagnes en créant un événement sur son compte Weibo. Ce concours permettait aux fans de participer activement en faisant des photographies à thèmes. Ce concours a apporté beaucoup de réponses à Fendi et montrant par la même occasion que les utilisateurs chinois sont bien présents et lisent les contenus de la page. Ils apprécient pouvoir participer à des évènements des marques, ils adorent l’interaction.

Des offres plus originales les unes que les autres

Salvatore Ferragamo, une autre marque de haute couture italienne montre son intérêt pour ses consommateurs chinois en leur offrant des privilèges, réductions et cadeaux aux fans possédant un compte VIP Weibo.

Sur WeChat, la méthode est un peu différente. Les marques vont inviter les utilisateurs à les suivre sur leur compte officiel en scannant le QR code. Ils vont remercier le nouveau follower personnellement. De plus en plus de marques essayent de s’impliquer sur les réseaux sociaux chinois et ils sont parfois gérés par des distributeurs locaux comme pour Max Mara.

Armani a était l’une des première marque a comprendre le potentiel du marché chinois et a su l’exploiter au maximum. Malgré ces points de ventes importants, la marque n’arrivait pas à accéder à ses consommateurs de villes de 2nd et 3ème rang.

C’est donc pour ces raisons qu’Armani a décidé de mettre en avant son site internet en 2010 en faisant une version en mandarin, fournissant un convertisseur de taille, des prix en RMB, une géolocalisation des magasins et des moyens de paiement que les chinois ont l’habitude d’utiliser (Alipay ou paiement à la livraison).

Internet : la clé de la réussite

Beaucoup d’initiatives ont été prises par les nombreuses marques italiennes, mais elles montrent une certaine limite.

Afin de pouvoir saisir toutes les opportunités qu’offre le marché chinois, les marques italiennes doivent s’impliquer et communiquer davantage.

Pour la plupart des marques, les sites internet ne sont pas assez optimisés, ce qui ralentit le e-Commerce. Afin de ne pas perdre de temps, ils peuvent ouvrir une boutique en ligne sur Tmall ce qui leur permettra de développer des perspectives de ventes importantes.

Ils ont besoin d’augmenter leur visibilité sur Baidu afin que les consommateurs chinois puissent accéder aux sites plus facilement mais aussi de pouvoir travailler leur e-réputation. Les consommateurs chinois ont besoin d’être rassurés et savoir que ce qu’ils achètent n’est pas une contrefaçon, le seul moyen pour une marque de se différencier c’est de montrer une présence active sur internet.

L’épicerie en ligne, le nouvel adage des sites e-Commerce chinois

 

La nouvelle tendance du e-commerce chinois, l’épicerie fine en ligne.

 

L’épicerie en ligne en Chine

 

Selon un récent sondage, près de 50%  des répondants ont déjà acheté en ligne de l’épicerie. Contre 25% au niveau mondial (hors Chine). Mais, l’avenir des nouvelles technologies va façonner une nouvelle façon de consommer des ventes aux détails. Les achats en ligne ont un certain avantage, mais les supermarchés, magasins physiques sont encore solide, car selon un autre sondage (majoritairement chinoise), les consommateurs aiment aller faire leurs courses car c’est une expérience agréable et encourageante.  Et un plaisir pour toute la famille d’aller à l’épicerie.

Quelques étapes importantes pour es grossistes vendant en ligne, ils doivent engager le consommateur dés le début de la visite d’un produit (créer une liste d’achat, une vérification de prix, une recherche des produits, la visualisation du produit, le fait de pourvoir partager le produit en ligne sur les réseaux sociaux, pourvoir y mettre des commentaires avant l’achat final.

 

 

« L’ère du commerce connecté est ici, en Chine »

 

Brian Negley vice-président de Nielsen Chine à déclaré : « l’ère du commerce connecté est ici, les consommateurs ne font plus entièrement leurs achats en ligne ou dehors, mais utilisent les deux canaux, une approche mixte pour convenir à leurs besoins. Les détaillants et les fabricants les plus prospères seront à l’intersection des mondes physiques et virtuels, misant sur la technologie pour satisfaire les acheteurs ».

La tendance pour les produits frais et le bio augmentent avec la multiplication des crises agro-alimentaires.

 

 

La Chine le nouvel eldorado de l’épicerie en ligne

 

Les géants du e-commerce, se sont lancés dans cette brèche de l’épicerie en ligne, avec en tête Alibaba group (Tmall, Alibaba.com, Taobao), Amazon loin derrière essaye de gratter des parts de marchés. Selon le directeur de marketing Mintel pour l’Asie-Pacifique « Depuis des générations aux Etats-Unis il y a une culture, une conduite pour les achats, contrairement en Chine où les gens sont habitués à une constante, des changements rapides, et vous avez une population très dense de sorte qu’il est plus facile de vendre des choses à des gens ».

Carrefour, Walmart et les autres compagnies physiques ont une croissance lente voir négative selon un rapport même si depuis peut ses enseignes se lance dans la vente en ligne.

Alibaba le groupe leader

 

Sans contestation, Alibaba group est le leade dans le domaine de l’épicerie en ligne le B2C. Avec ses sites (Tmall & Taobao) il a quasiment le monopole de ce nouveau marché.  Il a ouvert récemment d’autres entrepôts Canaio (entreprise logistique filiale d’Alibaba) dans des villes de seconde et troisième zone, afin de livrés au plus grands nombres et le plus rapidement les chinois même dans les zones les plus reculés. Déjà présent dans 250 milles à travers 25 provinces.

La société comme Tmall prévoit également de relever le défi de livrer du frais le plus rapidement possible. L’ouverture de trois centres de frais ont ouvert à Pékin, Shanghaï et Guangzhou.

Le site https://chaoshi.tmall.com/ 

Alibaba va également investir dans la vente de vin en Chine source et projette de devenir un grand leader dans ce domaine. (ça promet)

 

 Conclusion

La Chine est un pays en perpétuel changement, les consommateurs aiment changer, et pour réussir, il faut s’adapter au changement rapide des consommateurs. Une marque se doit  de connaître correctement le marché chinois. Certaines agences spécialisées peuvent vous aider à faire du référencement, du PR (Relations publiques), de la publicité sur les réseaux sociaux, vous donner des conseils en marketing afin que vous puissiez percer le marché chinois.

 

Lire aussi :

Par quels canaux les consommateurs chinois font leur shopping

C’est indéniable, les chinois sont de plus en plus intéressés par la mode. Leurs dépenses en vêtements et accessoires augmentent chaque année et ils sont de plus en plus éduqués en ce qui concerne les marques et la qualité des produits.

Les chinois aiment le shopping, ils aiment la mode, les marques et sont de plus en plus attirés par les produits internationaux. Même si le revenu moyen est toujours plus faible comparé aux pays européens, en Chine chaque jour de nouveaux « shoppers » naissent.

Mais ou les consommateurs chinois achètent t-il leur vêtement et leurs accessoires aujourd’hui ? Quels canaux utilisent-ils ?


Voici un récapitulatif des canaux utilisés par les chinois ainsi que des conseils pour marketer votre marque si vous voulez peser sur le secteur de la mode en Chine.

Les canaux préférés des chinois.

Les centres commerciaux

Il y a énormément de centres commerciaux en Chine dans lesquels les chinois aiment passer leur temps libre. Aller faire du shopping dans les centres commerciaux reste très populaire. Et il s’agit encore à l’heure actuelle du canal de vente préférée des « shoppers » chinois.

Les chaînes spécialisés

Les chaînes telles que Zara ou H&M sont également des lieux privilégiés par les chinois lorsqu’ils font du shopping. Les marques européennes sont particulièrement bien installées en Chine.

Le rôle grandissant du canal internet

L’achat par internet en Chine se porte particulièrement bien, l’e-commerce étant en plein boom. Vous n’êtes pas sans savoir que les consommateurs chinois passe beaucoup plus de temps sur internet que les européens pour rechercher des informations sur les produits, pour acheter ou encore pour donner des avis sur leurs achats.

Pour le community manager de Fazhongzhijia (agence qui offre à la clientèle chinoise qui souhaite découvrir la France des propositions de voyages sur-mesure), internet est en effet un canal à ne surtout pas négliger : « Lorsque nous recevons des touristes chinois, nous voyons qu’ils ont déjà tous leur shopping liste de fait, ils achèteront 90% des produits qu’ils ont détectés en amont. Ils vont passer des heures avant chaque gros achat, et comparerons la qualité, les prix, et les commentaires des autres utilisateurs. Le bouche à oreille en Chine est un des plus puissants au monde. »

Pourquoi les consommateurs chinois aiment acheter en ligne ?

Plusieurs raisons poussent les consommateurs à acheter en ligne : s’ils ne vivent pas dans les grandes villes alors internet leur permet d’avoir accès à un plus grand nombre de produits. De plus, internet représente la facilité et permet d’éviter les cohues dans les centres commerciaux. Enfin, Internet permet aux consommateurs de rechercher des promotions, les chinois étant particulièrement sensible aux réductions. Cela peut être un puissant facteur d’achat.

Quelles sont les plateformes utilisées par les consommateurs chinois ?

Tmall et Taobao sont extrêmement utilisés par les consommateurs chinois pour l’achat de vêtements et d’accessoires de mode. Mais Moonbosa est également très populaire en Chine. Sur ce site, vous pourrez trouver une sélection de vêtements mais également des sous-vêtements et des cosmétiques. Moonbosa est une plateforme visités par la jeunesse dorée chinoise qui est attirée par le luxe et qui recherche des vêtements assez sophistiqués.

Mais comment marketer une marque de vêtements ou d’accessoires en Chine ?

Voici 6 points importants sur lesquels vous devez miser si vous souhaitez lancer votre marque en Chine.

-Avoir un positionnement clair et différent de vos concurrents :

La différenciation est primordiale pour réussir en Chine car la concurrence est particulièrement accrue sur ce segment.

-Vendre vos produits sur internet :

Si vous décidez de vendre vos produits en Chine, je vous conseille d’ouvrir en premier lieu un eshop. Vous pouvez utiliser les plateformes déjà très populaires en Chine comme Tmall par exemple. Ainsi, vous serez capable de toucher votre cible plus facilement, de tester vos produits, voir ce qui leur plait le plus et ensuite ajuster votre offre à leurs besoins. Si votre marque décolle, vous aurez toujours la possibilité d’ouvrir une boutique physique plus tard. Le e-commerce est un excellent moyen pour minimiser les coûts d’implantation en Chine.

-Avoir votre propre site Internet traduit en Chinois :

Il est important d’avoir votre site corporate traduit en chinois en plus de votre présence sur les plateforme de e-commerce. Pourquoi ? Car c’est l’opportunité pour chaque marque de diffuser leurs valeurs et de proposer une réelle expérience client. Mais n’oublier pas de travailler sur votre SEO sur Baidu : le moteur de recherche leader en Chine.

-Utiliser les forums spécialisés dans le mode pour promouvoir votre marque :

En Chine, certain forums sont extrêmement influent dans le domaine de la mode. Ainsi, vous pouvez vous en servir pour être davantage visible par votre cible.

Pour rentrer un peu plus dans les détails, prenons l’exemple de Mogujie.

C’est une des plateformes spécialisée mode la plus célèbre.

La plateforme marche comme un réseau social concentrer sur la mode et les accessoires. Le site a été racheté en 2013 par Alibaba. Le site se rémunère par le biais de liens de redirection vers Taobao (la plateforme e-commerce du groupe Alibaba). En temps qu’utilisateurs, vous pouvez recevoir des conseils sur les tendances en matière de mode.

Aujourd’hui, Mogujie c’est 85 millions d’abonnés et 35 millions d’utilisateurs actifs par mois. Si vos produits sont référencés sur cette plateforme, c’est donc autant de consommateurs potentiels qui pourront voir vos produits.

Mais il existe un nombre impressionnant d’autres forums que vous pouvez utiliser comme Meilishuo ou 55bbs…

-Promouvoir votre marque par le biais des KOL :

Les Key opinions leaders sont très influents dans l’industrie de la mode. Un KOL est une personne suivi par des milliers voire des millions de followers sur les réseaux sociaux chinois. Leur voix est très puissante et dès qu’ils postent la photo d’un nouveau sac ou d’un nouveau pantalon cela peut influencer un bon nombre de leurs abonnés. Les marques de luxe font souvent appel aux KOL afin d’attirer une cible plus affinitaire et de devenir plus désirable.

-Soyez présent sur les réseaux sociaux :

Vous ne pouvez pas ne pas être présent sur les réseaux sociaux en Chine pour réussir dans le secteur de la mode. Cela vous permettra de parler directement à votre cible et de personnaliser vos messages sur WeChat ou Weibo qui sont très utilisés ici. L’interaction est très importante pour les consommateurs chinois.

Burberry est une des marques qui utilise le mieux les réseaux sociaux. Par exemple leur campagne « The Art of the Trench » a très bien marché. Le but de cette campagne était de prendre en photo des personnes aux quatre coins de la chine portant un trench Burberry. Les photos ont été exposer offline durant une exposition et ont été repris online sur le compte Weibo de la marque. Les followers pouvaient voter pour leur photo préférée et ce fut un énorme succès pour la marque. Dans cette campagne les abonnés étaient « acteurs » et c’est ce qui les a intéressé.

De plus, pour Sébastien Gryngo, fondateur de CHATQN Lingerie, « aujourd’hui si une marque n’est pas présent sur les réseaux sociaux, les consommateurs en Chine vont s’inquiéter. Même si le retour sur investissement n’est pas immédiat c’est un canal nécessaire pour rassurer le consommateur. »

Avec ces exemples, vous vous rendez facilement compte à quel point le digital est crucial en Chine pour une marque de vêtements ou d’accessoires. Ainsi, si vous souhaitez vous faire connaître je ne peux que vous conseiller de discuter de votre projet avec un acteur local qui pourra vous aider à vous faire connaître.

Pour plus d’informations sur la mode en Chine, cliquez-ici et ici.

Le web 2.0 en Chine

Le Web 2.0 est l’évolution du web en ce qui concerne l’activité sur internet utilisant des outils comme les réseaux sociaux où  l’internaute type s’exprime et donne son avis dans les blogs en toute liberté en tant qu’individu ou anonyme, met en ligne ses photos, ses vidéos, vote pour des produits, donne son point de vue sur des débats, dans des communautés et même y fait des rencontres sur des sites tels que Youtube, MySpace, Facebook, Meetic…

Dans le Web 2.0 à la chinoise, les internautes peuvent eux aussi à travers Sina, WeiboYouku, Toudou, Baidu, Yeeyoo, Ozone…créer des blogs partager des photos, mettre des vidéos en ligne faire des rencontres et aussi participer à des communautés. A ceci près que l’anonymat n’est pas accepté et la liberté des internautes est restreinte ainsi que leurs avis, commentaires, post et recherches qui sont surveillés.

Le web 2.0 est plus performant en Chine

Dans une communauté internet avec 50% de jeunes de moins de 25 ans il faut toujours innover et ça les chinois le font très bien. Les internautes peuvent donner des idées et apporter des modifications rapidement dans le cadre du web 2.0. Il existe en Chine de nombreuses “Start up” dans le monde du web. De nombreuses sociétés sont innovantes mais la plupart, à la base, s’inspirent d’un concept venu de l’étranger.

L’exemple le plus flagrant est Weibo, ce qui devait être une vulgaire copie de twitter est en train de devenir plus ludique, plus performant et bien plus complet. Chaque semaine de nouvelles fonctionnalités voient le jour, la plateforme est en amélioration constante.

Deux exemples de géants chinois du web 2.0

WeChat

WeChat ou Weixin en chinois (微信) l’application du moment en Chine, avec 200 millions d’utilisateurs c’est le réseau social qui monte dans le pays, une révolution pour les Smartphones en Chine. Cela permet aux utilisateurs de pouvoir communiquer de Smartphone à Smartphone avec ses cercles d’amis gratuitement via Internet, s’envoyer des messages, des photos et récemment, communiquer par vidéo conférence.

Parmi les innovations de WeChat se trouvent également des applications uniques comme, “Lookaround” qui permet d’engager la conversation avec des utilisateurs inconnus à proximité.

Le “sharearound” permet de connecter des personnes souhaitant faire des rencontres ou encore la bouteille à la mer permettant de laisser un message dans une bouteille de la jeter à la mer virtuellement et être repêchée par un autre utilisateur.

Taobao

Le géant Taobao, leader du e-commerce en Chine est un véritable centre d’internet pour fournisseurs, commerçants et clients.

Taobao de son côté a lancé mm.taobao. Cette nouvelle plateforme offre aux magasins en ligne l’opportunité de recruter des mannequins pour des séances de shooting photos, et  propose également aux leaders d’opinion de la mode de faire la promotion d’une marque ou d’une boutique en ligne.

Tao Nv Lang regroupe aujourd’hui 34 000 femmes, et sa valeur a dépassé les 1,1 milliards de Yuans.

La raison de l’évolution rapide du model Tao Nv Lang c’est l’influence des utilisatrices, qui sont généralement déjà actives dans la vrai vie, ou sur les autres plateformes de réseaux sociaux comme Weibo, forums et les blogs.

Le web 2.0 et web police chinoise ?

Dans l’idéal du web 2.0 l’internaute devrait s’exprimer librement en tant qu’individu ou dans l’anonymat. Il est évident que ce n’est pas le cas en Chine, où tout  est surveillé et internet encore plus. Faute de pouvoir arrêter complètement cette liberté de l’internaute la web-police chinoise a mis en place tout un système de règlementations de censures et de sites bloqués d’accès. L’anonymat n’est pas non plus le bienvenu lorsqu’il s’agit de publier ou de créer un forum. A tel point que même dans les cybercafés il est demandé de présenter sa carte d’identité pour se connecter.

Le web 2.0 existe bel et bien, même si celui-ci souffre des restrictions imposées par le gouvernement chinois. Il dispose également d’un potentiel non négligeable surtout lorsque l’on considère le nombre grandissant d’internautes chinois. Sans compter bien sur des habitudes de vie qui prennent de plus en plus en compte les outils digitaux. Les achats en ligne ou les commentaires ne sont que le sommet de l’iceberg du web 2.0 chinois.

Sources

Les sites de petites annonces sont grands!

Chercher ou proposer un logement, un emploi, des services à la personne, faire des rencontres, dénicher les bonnes affaires… le marché de ces petites annonces que l’on trouvait dans la presse écrite a été détourné en 2011 par les sites web spécialisés dans ce domaine.

En effet, selon une étude du cabinet Xerfi-Precepta, une division de Xerfi group, le marché des annonces sur le web est estimé à 669 millions d’euros contre 635 millions pour les annonces de presse avec une progression de 17% pour les premières et un recul de 2,6% pour les deuxièmes. Ce qui amène la part du web sur le marché total des annonces  – estimé à 1,3 milliards d’euros – à 51% contre 49% pour les autres supports (presse écrite, radio, télévisions). Le cabinet explique ce recul par “l’effondrement de la presse écrite “.

Xerfi-Precepta
Xerfi-Precepta

Cette étude avait pris en compte l’ensemble des annonces d’emploi, immobilier, auto-moto-nautisme, rencontres et bonnes affaires.

On peut expliquer cette croissance par un marché très attractif dans la nouvelle économie et qui a des beaux jours devant lui même s’il va heurter à une croissance ralentie à cause de la récession en France (vers 2013) avant d’atteindre un nouveau pic de plus de 700 millions d’euros en 2015.. Notons que l’augmentation de nombre de chômeurs va se percuter positivement sur l’audience des sites qui proposent des annonces d’emploi.

Xerfi-Precepta
Xerfi-Precepta

La croissance des sites de petites annonces dans les prochaines années est due aussi à son environnement concurrentiel structuré par les effets de réseau. Selon le cabinet Xerfi-Precepta, “ce secteur relève de l’économie des plateformes bifaces. Il est par conséquent régi par les effets de réseau croisés. Ce cadre analytique permet d’éclairer de nombreux phénomènes et caractéristiques du secteur, comme : le paradoxe des barrières à l’entrée (à la fois nulles et insurmontables), l’importance décisive de la guerre du clic, la concentration élevée des revenus et de l’audience en dépit du nombre important des intervenants, l’instabilité d’une situation à plusieurs acteurs dominants sur un même marché pertinent.”

Cet environnement a permis récemment l’apparition des nouveaux sites pour la gestion des annonces spécialisées ou généralistes : trouver une babysitter, un informaticien, trouver des prestataires comme sur le site jemepropose.com … etc. Il va induire une explosion publicitaire et une flambée de prix des mots-clés sur les moteurs de recherche notamment chez Google (Google Adwords).

Le rapport Greenwich “Evaluer l’impact du développement d’Internet sur les finances de l’Etat” remit au Sénat en octobre 2009 détaille le business model de ces sites. En effet, certains sites se basent sur le paiement des annonces par les internautes ajoutons à cela un revenu issu de la publicité grâce au trafic généré par les autres internautes qui consultent gratuitement ces annonces. D’autres se rémunèrent uniquement grâce à la publicité; la publication des annonces étant gratuite auquel faut rajouter des services payants : apparaître en haut de la page des résultats, avoir des mots clés spécifiques… Pour rester dans le top 10, les sites de petites annonces mises sur des stratégies d’indexation, de référencement, d’acquisition de trafic, du contenu, de social media, de rich media…

Cette tendance n’est pas uniquement française, selon ZenithOptimedia, le marché mondial des petites annonces en ligne va atteindre 14 milliards de dollar en 2015.

Multicanal : de l’e-commerce au point de vente (2)

Nous avons vu au cours d’un précédent article que les entreprises présentes sur le canal des boutiques investissaient le champ de l’e-commerce pour devenir des «click and mortar» et implémenter une stratégie de distribution multicanal. Force est de constater que cela constitue une concurrence majeure pour les e-commerçants qui ne possèdent ni le même ancrage ni la même notoriété que des enseignes historique telles que la Fnac ou encore Carrefour. Cela est d’autant plus valable pour la clientèle grand public qui reste encore méfiante concernant les achats sur Internet, bien que cette confiance augmente d’année en année.

Continue reading Multicanal : de l’e-commerce au point de vente (2)