Lire Autrement

NeoSquat, le service de location de mobilier

Download PDF

Lorsque l’on est jeune actif ou étudiant, trouver un logement peut vite être un problème et amène à se poser de nombreuses questions: louer un meublé ou non? Auquel cas, où acheter les meubles? Quand et comment les faire livrer? Qui va m’aider? NeoSquat, notre startup de la semaine vous propose ses services pour vous épargner toutes ces questions. Elle loue du mobilier à des particuliers pour leur permettre de ne se soucier que du choix de leur logement.

Analyze Thiz a interviewé William Genis et Quentin Peretti, les deux co-fondateurs de cette startup incubée à l’ESSCA Paris.

NeoSquat .com

Pourriez-vous nous présenter votre parcours ?

Quentin Peretti : J’ai commencé par un IUT Techniques de Commercialisation puis je suis entré à SKEMA Business School, ce qui m’a permis de connaître quelques expériences professionnelles à l’étranger et de voyager, de récupérer des idées à droite à gauche comme la location de meubles, importée des États-Unis.

William Genis : J’ai d’abord fait une Classe Prépa, puis je suis parti sur Nice pour intégrer une école où j’ai rencontré Quentin dans le cadre d’une association. Nous avons commencé à travailler sur ce projet d’entreprise pendant ma dernière année à l’école, Quentin était en année de césure. Le projet a donc deux ans, et l’entreprise existe officiellement depuis janvier 2013. L’activité a démarré réellement en mars 2013 avec le lancement du site Internet.

Est-ce que ce concept de location de meubles est implanté aux États-Unis ?

Q.P : C’est un concept qui existe et y est très développé : l’activité est évidemment adaptée au marché américain, la principale entreprise propose de la location de meuble pour les particuliers mais aussi les entreprises.

Pourriez-vous nous présenter NeoSquat ?

W.G : NeoSquat est une activité de location de mobilier et d’électroménager (blanc et multimédia) qui a 2 objectifs :

- proposer une nouvelle manière de consommer ces articles plutôt que de passer des achats lambda

- proposer une alternative aux problématique du logement, parce que la location de mobilier permet de ne plus s’embêter à déménager, on ne se focalise plus sur les appartements meublés. Nous voulons apporter aux gens la possibilité d’arriver en ville et de choisir indépendamment un logement vide ou meublé.

Q.P : D’autant plus qu’un logement vide coûte 10 % à 30 % moins cher qu’un logement meublé sur Paris, et que de manière générale en France il y a quatre fois plus d’appartements vides que de meublés en location.

Comment avez-vous eu l’idée ?

Q.P : Pendant notre parcours scolaire, nous avions l’envie de créer notre entreprise ensemble. Nous avons toujours gardé contact et cherchions une idée qui nous plairait.  Sans secteur d’activité particulier. L’idée nous est venue après deux expériences, premièrement nos périodes de stage à Paris durant lesquelles nous avons découvert la difficulté pour se loger à Paris, puis la découverte de cette activité aux États-Unis lors d’un voyage. Nous avons pensé le ramener en France en l’adaptant au marché local.

W.G : Outre l’idée, ce qui nous intéresse dans cette démarche c’est que notre entreprise a du sens, par la vente d’un service nous apportons une aide à un client, une réponse à une problématique. Les clients nous remercient d’ailleurs pour cette aide plus que pour le service en lui-même, c’est ce qui nous fait plaisir.

Où êtes-vous basé ?

Q.P : Nous sommes installés à Boulogne-Billancourt, mais notre activité s’étend sur la France entière. Aujourd’hui 80 % de notre activité est réalisé à Paris, mais la tendance commence à s’inverser sérieusement.

Le mobilier est proposé sous forme de pack, est-il possible de changer certains articles ou de ne louer que certains articles ?

Q.P : Tout à fait, notre site Internet met à disposition du client des packs, mais il est possible de ne choisir que certains articles. Nous nous efforçons d’être proches de nos clients et de leurs attentes, pour proposer une solution à chacune des demandes.

W.G : Tous les produits sont disponibles à l’unité, les packs permettent de faciliter la navigation sur le site et le choix du mobilier. Lorsqu’un client souhaite effectuer une modification sur un pack ou un groupement de produits, il nous contacte et nous répondons au mieux à sa demande.

Comment le client peut-il faire appel à vos services ?

W.P : Nous avons une boutique en ligne sur laquelle le client peut louer son mobilier. Nous ne disposons pas de point de vente, du moins pas pour le moment. Il arrive aussi que des clients nous contactent par mail ou par téléphone.

Quel est votre business model ?

W.P : Nous avons des accords commerciaux avec un certain nombre de partenaires et nous possédons le droit de propriété de tout le mobilier que nous louons. D’autre part nous bénéficions de partenariats qui nous assurent plus de visibilité.

Q.P : Notre activité est centrée sur la location de mobilier, qui peut être de courte durée, mais également s’étendre sur plus d’un an. D’autre part, nous proposons des services supplémentaires comme l’installation des meubles, l’emménagement. Enfin, le locataire peut nous acheter le mobilier s’il le souhaite.

Nous mettons en avant une flexibilité vis-à-vis du client, la livraison se fait au moment voulu par lui, et non pas en fonction de nous. Cela peut paraître plus complexe au niveau de la gestion, mais nous permet de garantir une satisfaction maximale. Tout le service est pensé autour d’une unique problématique : la capacité à offrir à chaque client exactement ce qu’il souhaite.

Avez-vous eu une aide financière lors de la création de cette startup? Avez-vous travaillé dans un incubateur ?

W.G : Pour la création, nous avons fait appel à nos amis et nos familles, complété par Oséo, un emprunt bancaire et nos apports personnels.

Q.P : Initialement nous avons travaillé avec l’incubateur de notre école : SKEMA, avant que le projet ne se lance. Puis, lorsque notre projet a atteint un stade plus avancé, nous avons contacté l’incubateur de l’ESSCA, qui nous a accueillis après entretien. Nous bénéficions de cette manière d’un véritable appui, comme un support juridique, mais surtout cela nous permet d’échanger constamment avec les autres startups !

Avez-vous des retours particuliers ?

W.G : Nous avons des clients qui ont été clients à plusieurs reprises, ce qui est bon signe, et beaucoup de nos clients sont des amis de clients, ce qui démontre le potentiel du bouche à oreille et de l’image positive de notre démarche. De manière plus anecdotique, tous nos clients sont satisfaits de leur literie !

Q.P : Facebook nous aide en ce sens à obtenir des retours de nos clients. Sur notre page Facebook, certains anciens clients postent des messages pour nous dire qu’ils ont apprécié le service qui leur était proposé.

Quels sont les prochains axes de développement ?

W.G : Dans un premier temps nous souhaiterions accélérer le développement national de l’entreprise. Nous livrons sur l’ensemble du territoire, mais nous souhaiterions y être vraiment installé. Dans un second temps, nous allons développer le catalogue pour accueillir de nouveaux produits et de nouvelles gammes de mobilier et d’électroménager.

Q.P : Nous n’envisageons pas de points de vente physiques dans l’immédiat, mais un jour peut-être.

Gregory Simoes

Étudiant en sociologie puis en communication mais également consultant freelance en digital, j'aime apprendre et entreprendre un peu plus chaque jour.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInGoogle Plus

A lire aussi:

  • Pas d'articles.

Pas de commentaire

Trackbacks/Pingbacks

  1. NeoSquat, le service de location de mobilier - ... - [...] NeoSquat loue du mobilier à des particuliers et facilite leur déménagement ([A relire] NeoSquat, le service de location de ...

Commentaires