Lire Autrement

Comment évaluer une entreprise?

Download PDF

Calculer la valeur d’une entreprise est un exercice crucial et important établi par des experts dans toute fusion et acquisition pour connaître le coût de l’entreprise et ce qu’elle pourrait rapporter aux investisseurs. Elle résulte d’un audit et d’un diagnostic économique, financier et stratégique de l’entreprise.
Elle dépend aussi du stade de développement de l’entreprise : le contexte d’un apport capitalistique (au début du développement) est différent de celui du remplacement d’un investisseur.
L’évaluation pourrait être aussi plus ou moins détaillée et dépendra du niveau des discussions entre les différentes parties qui déterminera l’accès aux différents éléments et documents nécessaires à cette évaluation.

Il existe plusieurs approches pour évaluer la valeur d’une entreprise. Elles dépendent de sa maturité, sa taille et du secteur et font appel à des différents outils/méthodes (mathématiques, analytiques, comparatives…).

Les différentes approches :

L’approche patrimoniale :

L’entreprise vaut ce qu’elle possède comme actifs : bâtiment, brevets, logiciels, stocks, terrain… Une méthode mathématique très simple à utiliser mais elle ne tient pas compte de la croissance et le développement de l’entreprise.
Le patrimoine peut être déterminé selon deux approches : l’actif net comptable (évaluation simple à partir des valeurs historiques du bilan) et l’actif net comptable corrigé (évaluation actualisant les valeurs du bilan).

  • Le calcul de l’ANC :
Calculer l'ANC

Calculer l’ANC

  • Le calcul de l’ANCC :

Ou l’actif net comptable corrigé qui apporte certaines corrections à l’ANC.
ANCC=capitaux propres – Actifs incorporels+dettes+ (+/-values sur éléments actifs)

Actifs incorporels: les frais d’établissement, les primes de remboursement des obligations, les écarts de conversion active en monnaie étrangère et le fond de commerce.
Dettes: les écarts de conversion passive et les produits constatés d’avance.

L’approche par les Discounted Cash-Flow (DCF)

Ou l’actualisation des flux de trésoreries est connue aussi par l’approche dynamique ou par rentabilité. L’entreprise vaut, selon cette méthode, ce qu’elle va rapporter augmentée de la valeur de marché des titres de participation, des valeurs mobilières de placement (VMP) et des disponibilités. Elle résulte d’une analyse du potentiel de l’entreprise dans le futur. Pour cela, il faut indiquer plusieurs hypothèses telles que la durée pour les provisions financières et l’approche utilisée pour calculer la valeur terminale (VT) de l’entreprise au terme de cette durée.

  • Calcul de Free Cash Flow :

Le free cash-flow est égal au résultat d’exploitation après impôt et avant frais financiers, on y ajoute les charges non décaissées (qui peuvent être seules les dotations aux amortissements et aux provisions), on y retranche  la variation des besoins en fonds de roulement et les investissements réalisés au cours de la période t :
FCF(t) = REt+Charges non décaissées – Variation de BFR – investissements

  • Calcul de la valeur terminale (VT) :
Elle peut être effectuée selon plusieurs méthodes et elle est un enjeu de négociation. La plus simple étant d’actualiser le résultat net d’exploitation avant frais financiers au coût moyen pondéré du capital (CMPC) :
VT(t)= Résultat net d’exploitation avant frais financiers  / CMPC
  •  Calcul du coût moyen pondéré du capital (CMPC) :
Ou WACC (Weight Average Cost of Capital) en anglais, c’est le taux de rentabilité minimal exigé par les pourvoyeurs de fonds de l’entreprise (actionnaires et créanciers) pour financer ses projets d’investissement (définition selon Vernimmen).
Calcul du CMPC

Calcul du CMPC

Le coût des capitaux propres correspond au taux de rentabilité exigé par les apporteurs de fonds. On peut l’estimer selon le modèle d’évaluation des actifs financiers ou MEDAF qui est utilisé pour évaluer les actifs financiers dans un marché en tenant compte de ses risques :

Calcul du coût des capitaux propres

Calcul du coût des capitaux propres

  •  Calcul la valeur de l’entreprise (VE) selon l’approche DCF :
Discounted Cash Flow

Discounted Cash Flow

L’approche de Goodwill

La valeur de l’entreprise, avec cette approche, correspond au montant de ses fonds propres qui prend en compte la valeur patrimoniale et le Goodwill :
Valeur des fonds propres = ANCC + Goodwill

Goodwill représente la revalorisation des immobilisations incorporelles (savoir-faire, brevets…).

Pour calculer le Goodwill, il faut d’abord calculer le superprofit qui est la différence entre le bénéfice net courant (BNC) et l’actif net corrigé (ANCC) rémunéré au taux T : Superprofit= BNC – T.ANCC

Le Goodwill est le superprofit actualisé sur n années au même taux t:

Calcul du Goodwill

Calcul du Goodwill

L’approche comparative

On compare la valeur de l’entreprise avec celle des autres entreprises comparables. Il faut d’abord effectuer un benchmark des entreprises qui sont souvent des concurrents directs : même secteur, même business model, même taille, même perspective de croissance, même structure de financement…  on en distingue 2 méthodes : la méthode des multiples et la méthode comparative organisationnelle.

  • La méthode des multiples : généralement de court de terme. On détermine un multiple puis on l’ajuste pour tenir compte des différences entre les différentes entreprises (croissance, risque…) et l’entreprise à valoriser. Les multiples peuvent être : chiffres d’affaires (CA), l’excédent brut d’exploitation (EBE), le résultat d’exploitation (RE), cash flow, pricing earning ratio (PER) qui mesure la valeur des capitaux propres…
    Valeur de l’entreprise = multiple x valeur comptable 
  • La méthode comparative organisationnelle : on détermine des indicateurs qui prennent en compte l’évaluation du capital immatériel, du capital humain et du capital structurel des différentes entreprises. Puis on détermine la médiane de la valeur d’une entreprise en multipliant l’indicateur par le résultat de l’entreprise.

Les autres approches d’évaluation peuvent être liées aux actions, aux obligations, aux coûts…et peuvent introduire ou non des critères de marché.  Certains investisseurs (ou évaluateurs) vont aller loin en adoptant plusieurs approches et la valeur finale sera la moyenne des valeurs calculées selon chaque approche.

Imad Bousaid

Fondateur et responsable de publication d'Analyze Thiz. Il s'intéresse à la finance, la stratégie et la photographie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedInFlickr

A lire aussi:

  • Pas d'articles.

Commentaires