Lire Autrement

Les sites de petites annonces sont grands!

Download PDF

Chercher ou proposer un logement, un emploi, des services à la personne, faire des rencontres, dénicher les bonnes affaires… le marché de ces petites annonces que l’on trouvait dans la presse écrite a été détourné en 2011 par les sites web spécialisés dans ce domaine.

En effet, selon une étude du cabinet Xerfi-Precepta, une division de Xerfi group, le marché des annonces sur le web est estimé à 669 millions d’euros contre 635 millions pour les annonces de presse avec une progression de 17% pour les premières et un recul de 2,6% pour les deuxièmes. Ce qui amène la part du web sur le marché total des annonces  - estimé à 1,3 milliards d’euros – à 51% contre 49% pour les autres supports (presse écrite, radio, télévisions). Le cabinet explique ce recul par « l’effondrement de la presse écrite « .

Xerfi-Precepta

Xerfi-Precepta

Cette étude avait pris en compte l’ensemble des annonces d’emploi, immobilier, auto-moto-nautisme, rencontres et bonnes affaires.

On peut expliquer cette croissance par un marché très attractif dans la nouvelle économie et qui a des beaux jours devant lui même s’il va heurter à une croissance ralentie à cause de la récession en France (vers 2013) avant d’atteindre un nouveau pic de plus de 700 millions d’euros en 2015.. Notons que l’augmentation de nombre de chômeurs va se percuter positivement sur l’audience des sites qui proposent des annonces d’emploi.

Xerfi-Precepta

Xerfi-Precepta

La croissance des sites de petites annonces dans les prochaines années est due aussi à son environnement concurrentiel structuré par les effets de réseau. Selon le cabinet Xerfi-Precepta, « ce secteur relève de l’économie des plateformes bifaces. Il est par conséquent régi par les effets de réseau croisés. Ce cadre analytique permet d’éclairer de nombreux phénomènes et caractéristiques du secteur, comme : le paradoxe des barrières à l’entrée (à la fois nulles et insurmontables), l’importance décisive de la guerre du clic, la concentration élevée des revenus et de l’audience en dépit du nombre important des intervenants, l’instabilité d’une situation à plusieurs acteurs dominants sur un même marché pertinent. »

Cet environnement a permis récemment l’apparition des nouveaux sites pour la gestion des annonces spécialisées ou généralistes : trouver une babysitter, un informaticien, trouver des prestataires comme sur le site jemepropose.com … etc. Il va induire une explosion publicitaire et une flambée de prix des mots-clés sur les moteurs de recherche notamment chez Google (Google Adwords).

Le rapport Greenwich « Evaluer l’impact du développement d’Internet sur les finances de l’Etat » remit au Sénat en octobre 2009 détaille le business model de ces sites. En effet, certains sites se basent sur le paiement des annonces par les internautes ajoutons à cela un revenu issu de la publicité grâce au trafic généré par les autres internautes qui consultent gratuitement ces annonces. D’autres se rémunèrent uniquement grâce à la publicité; la publication des annonces étant gratuite auquel faut rajouter des services payants : apparaître en haut de la page des résultats, avoir des mots clés spécifiques… Pour rester dans le top 10, les sites de petites annonces mises sur des stratégies d’indexation, de référencement, d’acquisition de trafic, du contenu, de social media, de rich media…

Cette tendance n’est pas uniquement française, selon ZenithOptimedia, le marché mondial des petites annonces en ligne va atteindre 14 milliards de dollar en 2015.

Imad Bousaid

Fondateur et responsable de publication d'Analyze Thiz. Il s'intéresse à la finance, la stratégie et la photographie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedInFlickr

A lire aussi:

  • Pas d'articles.

Commentaires