Lire Autrement

Comment s’introduire en bourse?

Download PDF

A l’heure où Twitter et Criteo avaient effectué leurs entrées au NASDAQ ( National Association of Securities Dealers Automated Quotations), le deuxième marché d’actions le plus important aux Etats-Unis en volume traité, on peut se demander, comment une entreprise peut faire une IPO (Initial Public Offering) ou s’introduire en bourse ?

La bourse. Crédit : Julien Eichinger - Fotolia

La bourse. Crédit : Julien Eichinger – Fotolia

Pourquoi s’introduire en bourse?

Malgré la difficulté de la tâche, plusieurs facteurs stratégiques poussent une société à s’introduire en bourse. La bourse permet à l’entreprise de:

  • Financer sa croissance en levant des capitaux propres
  • Diversifier ses sources de financement
  • Accroître sa visibilité, sa notoriété et sa crédibilité, souvent utile pour les entreprises qui veulent se développer à l’international
  • Réduire le coût du capital et la dette
  • Offrir une sortie ou une liquidité aux actionnaires actuels, en vendant leurs parts
  • Faciliter les futures acquisitions des autres sociétés, qui peuvent être payées (en partie) par des actions
  • Augmenter l’engagement des salariés et attirer d’autres en proposant des plans de distribution d’actions

La procédure

Le processus d’introduction en bourse est coûteux  et complexe. Il peut prendre plusieurs mois pour mener bien le projet de cotation. Même si les réglementations et les démarches juridiques changent selon les pays, certaines procédures de bases sont les mêmes. Dans tous les cas, un accompagnement spécifique est nécessaire tout au long du processus (cabinet de conseil en stratégie, d’avocat, d’audit, agence de marketing, de communication…).

Avant de vous ruer vers votre banque (BforBank par exemple) pour acheter des actions, passons un peu à la loupe les différentes étapes d’introduction en bourse.

IPO

IPO

Dans son livre, International and US IPO Planning: a business strategy guide, Frederick Lipman décrit 7 étapes stratégiques essentielles que les dirigeants d’entreprises doivent suivre avant l’introduction boursière :

  1. Créer une équipe de management très professionnelle
  2. Développer l’activité de l’entreprise tout en gardant un oeil sur le marché public
  3. Obtenir un audit financier conformément aux principes comptables de l’IPO
  4. Renouveler l’acte de l’entreprise
  5. Etablir des défenses anti-OPA (Offre d’Achat Public)
  6. Avoir une bonne gouvernance
  7. Créer des occasions de sauvetage financier à travers cette introduction
Le cabinet E&Y évoque 5 étapes opérationnelles pour cette introduction (je ne vais pas entrer dans les détails techniques) :
  1. Analyse préalable : il faut d’abord préparer le terrain, identifier le marché adéquat à l’entreprise, choisir les partenaires, calculer la valorisation de l’entreprise, organiser la gouvernance et prévoir un budget.
  2. Préparation du dossier :
    • Anticiper et formaliser les besoins en termes d’information financière et d’organisation,
    • Prendre conscience de la nécessité de communiquer
    • S’ouvrir à de nouveaux publics (actionnariat, investisseurs, analystes…)
    • Rendre visible l’entreprise et la différencier dans un environnement boursier très concurrentiel
  3. Introduction du dossier :
    • Dépôt du dossier (projet prospectus) auprès de l’AMF décrivant le projet d’introduction en bourse et accompagné d’un « document de base » présentant en détail la société aux investisseurs
    • Validation : l’AMF vérifie la conformité du prospectus vis-à-vis de la réglementation et après d’éventuelles modifications, accorde ou non son visa. Une décision d’admission est nécessaire aussi du NYSE Euronext
  4. Introduction :
    • Roadshow : L’entreprise publie le prospectus visé par l’AMF et peut démarcher les investisseurs pour les inciter à souscrire à l’introduction. Pour cela elle organise une tournée d’information (roadshow) auprès des professionnels
    • Placement des actions : la banque introductrice procède au placement des actions selon les modalités fixées dans le prospectus,  qui peuvent inclure un placement privé auprès des investisseurs institutionnels et/ou une offre de titres au public ouverte aux particuliers. Cette phase peut durer plusieurs semaines
  5. Cotation :
    • Finalisation et cotation : si le titre est suffisamment souscrit, l’introduction peut s’achever. Le prix d’introduction est fixé en fonction de la demande de titres et la cotation de l’action démarre  ensuite à la bourse. Toutefois, si les souscriptions sont insuffisantes, l’entreprise peut prolonger le placement ou repousser, voire annuler l’introduction
Les différents acteurs qui entrent en jeu et doivent être au courant de cette introduction :

  • L’AMF (l’Autorité des Marchés Financiers) qui veille à la protection de l’épargne investie, à informer les investisseurs, et au bon fonctionnement des marchés d’instruments financiers
  • Le NYSE Euronext (groupe mondial de place boursière), il propose plusieurs marchés de cotation en Europe (compartiment A, B ou C et l’Alternext)
  • L’Alternext (plateforme de transactions) et prépare et assiste l’entreprise à sa cotation sur l’Alternext
  • Une Banque introductrice : qui se charge de préparer l’introduction de la société en valorisant l’entreprise, s’impliquant dans le suivi post-introduction et travailler à la composition d’un noyau d’actionnaires stables
  • Une agence de communication pour animer l’introduction en bourse
  • Un cabinet d’avocats, Expert-conseil  et un Commissaire aux comptes qui accompagnent les phases de l’introduction et développement de l’entreprise

Les inconvénients : 

Même si l’entreprise voit beaucoup d’avantages dans son introduction en bourse, il existe plusieurs inconvénients :

  • Une entreprise cotée demande beaucoup d’actions coûteuses comme la publication trimestrielle des rapports financiers et créer la division « relation investisseurs »
  • Le coût élevé de l’opération : payer des cabinets de conseil externes pour conduire les opérations financières et juridiques
  • Limite l’action du conseil d’administration qui doit se référer aux actionnaires dans les décisions majeures
  • Risque de perdre le contrôle de la société (si après une OPA, Offre Publique d’Achat)
  • L’obligation de divulguer certaines données confidentielles aux actionnaires et qui peuvent transmises ensuite aux concurrents
  • La pression créée par les actionnaires sur le conseil d’administration
  • Risque de ne pas pouvoir réussir l’opération et récolter les fonds nécessaires

Enfin, avant de prendre une telle décision, il faut d’abord évaluer la maturité de l’entreprise et mesurer les avantages de la cotation par rapport aux exigences et les choix stratégiques voulus.

Imad Bousaid

Fondateur et responsable de publication d'Analyze Thiz. Il s'intéresse à la finance, la stratégie et la photographie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedInFlickr

A lire aussi:

Commentaires