Lire Autrement

The Bling Ring : cambriolages de luxe

Download PDF

Sorti le 12 juin dernier, The Bling Ring, le dernier film de Sofia Coppola reprend l’histoire d’une série de cambriolages dans des maisons de stars organisée par une bande d’adolescents aux Etats-Unis entre 2008 et 2010. Analyze Thiz est allé voir ce film pour vous et voici ce qu’on en pense !

Une histoire vraie

Reprenons tout depuis le début. Eh oui, Sofia Coppola n’a pas inventé le scénario du siècle – si scénario il y a, mais nous verrons cela plus tard – : The Bling Ring reprend tout simplement l’histoire d’une bande d’adolescents qui a dérobé pas moins de trois millions de dollars de vêtements, bijoux ou autres accessoires de luxe, entre 2008 et 2010 aux Etats-Unis. Et c’est le célèbre magazine américain Vanity Fair qui révèle l’affaire dans un article publié en 2010, intitulé « The Suspects wore Louboutins ». De quoi forcément attirer les regards.
L’histoire de The Bling Ring c’est donc celle de Marc, un jeune homme pas très bien dans sa peau, qui débarque dans son nouveau lycée bourgeois de Californie. Il y fait la connaissance de Rebecca et ses copines, une bande de jeunes filles un peu délurées, qui ne pensent qu’à s’éclater et devenir des stars. Et ce groupe d’adolescents, fascinés par les people, va se lancer naïvement dans une série de cambriolages de résidence de célébrités à Hollywood… A leurs risques et périls. Certains des protagonistes verront en effet le film retraçant leur histoire depuis leur cellule. Dommage, eux qui rêvaient d’être sous la lumière des projecteurs se retrouvent désormais à l’ombre…
Mais intéressons-nous plus particulièrement au film de Sofia Coppola.

Rythmé, mais sans vrai scénario

Étonnant me diriez-vous. Il est vrai que Sofia Coppola nous a habitués à des scénarios bien plus échafaudé que celui de The Bling Ring. Les exemples de Virgin Suicides en 1999 ou encore de Lost in Translation en 2004, oscarisé dans la catégorie Meilleur scénario original sont là pour en témoigner. Pourtant ici, nous nous retrouvons face à un film plein de clichés. Jeunes gens en boîte de nuit ivres et sous effet de cocaïne ou autre drogue; filles complètement gaga de mode et suivant avec avidité les dernières news de leurs peoples préférés… Tout ceci ne forme qu’un gros stéréotype d’une jeunesse américaine qui ne vit que pour, et à travers, leurs stars favorites. Mais où veut-on en venir ? Je ne peux malheureusement répondre à cette question. Ce film met simplement côte à côte des tas de scènes similaires : les cambriolages se suivent et se ressemblent, sans vraiment créer de lien, ou tout simplement, de scénario… Et c’est justement ça que l’on reproche à Sofia Coppola : il n’y a aucun véritable scénario derrière ce film. L’histoire et les personnages restent vides, sans grand intérêt.
Mais bon point à souligner : on a ri. Pas tout le temps, certes, ce n’est pas une comédie, mais il n’empêche que ces gros clichés nous ont fait rire. Au début. Ensuite, cela devient vite lassant, malheureusement. Alors côté positif, il vaut mieux souligner le fait que ce film est tout de même assez rythmé. On suit les aventures de ces adolescents à un rythme effréné avec des musiques qui nous mettent bien dans l’ambiance. Sonorités hip-hop et électro, bien en accord avec ces jeunes personnages, on y retrouve donc notamment Kayne West ou encore Lil Wayne ou M.I.A… Un plaisir donc pour les oreilles, à défaut d’une histoire « profonde ». La pâte Sofia Coppola est bien présente.

Quelle prestation pour les acteurs ?

Un scénario absent donc, mais une révélation au niveau des acteurs tout de même : palme donc pour le jeune Israel Broussard, qui incarne le naïf Marc. Seul rôle ayant véritablement une profondeur, le jeune acteur arrive ainsi à incarner son personnage de manière authentique. Mais ce n’est malheureusement pas le cas du reste de l’équipe. Personnages vides, sans profondeur, ils sont un peu à l’image du scénario. Deuxième exception peut-être pour Emma Watson, mondialement connue pour son rôle dans la saga Harry Potter, qui crève l’écran en interprétant Nicki. Seulement voilà, malgré mon profond respect pour cette actrice – que j’adoooore, oui Emma je t’adoooore ! – cette interprétation sonne rapidement faux. Surjouée ? Peut-être pas tant que ça, si on s’intéresse d’un peu plus près à la véritable Nicki, qui semble réellement insupportable, et à l’image de ce qu’Emma Watson nous propose. Oui mais voilà, tout le monde ne fait pas comme nous, à fouiner partout à la recherche d’infos et c’est donc malheureusement sur une impression de fausseté que le spectateur retiendra la prestation de notre jeune Hermione. Dommage…

The Bling Ring n’est donc sans doute pas le film de l’année, mais reste appréciable pour une soirée entre filles avec de la bonne musique, comme le souligne ce clip.  M.I.A – Bad Girls, un des extraits du film The Bling Ring

Sophie Wiessler

Etudiante en Information & Communication, passionnée de musiques et de littérature. Rêve de devenir journaliste culturel et adore Harry Potter. 20 ans.

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

A lire aussi:

  • Pas d'articles.

Commentaires