Lire Autrement

Eric Clément-Demange : « je fais de la photo pour voir le monde autrement »

Download PDF

La photographie est pour Eric Clément-Demange un moyen d’expression qui lui permet de prendre la parole. Par l’encrage et le grattage, il apporte une nouvelle dimension à ses images. Il travaille de manière instinctive. Pour ce chasseur d’images, la photographie représente un vrai travail intellectuel.

Valérie Hummes : Qu’est-ce qui vous a amené à faire de la photo ?

Eric Clément Demange
Eric Clément-Demange

Eric Clément-Demange : Je ne fais pas partie d’une famille où il y a une culture de la photo. Je me suis acheté un appareil photo quand j’étais étudiant en Histoire. J’ai commencé par photographier les personnes qui m’entouraient. Un jour je suis passé devant une vitrine où était exposé un Minolta d’occasion. Il était dans le soleil, il brillait. C’était un appareil des années 70. Je suis entré dans la boutique pour demander le prix et je l’ai acheté. Il était très différent du mien puisqu’il n’avait pas d’autofocus. C’était une « brique » avec un objectif. Les réglages étaient manuels. L’appareil était lourd. Il fallait réfléchir pour photographier et c’est à ce moment-là que je me suis vraiment intéressé à la photo. J’ai aussi fait des rencontres importantes qui m’ont appris à voir  le monde différemment. Elles m’ont permis de le voir autrement pour mieux le comprendre ou mieux l’appréhender. Essayer de voir autrement.

V. H. : Vous retravaillez vos photos. Techniquement parlant comment vous-y prenez-vous ?

E. C-D. : J’interviens sur le tirage papier avec de l’encre rouge et un couteau. Je ne sais pas trop comment je suis arrivé à ça. Le rouge, le grattage sont venus spontanément. L’idée de départ était que je voulais faire quelque chose avec le support photo. Avant d’arriver à cette technique, j’ai fait plusieurs tests. J’ai fait des recherches. J’ai d’abord commencé par couper les photographies en bandes, puis à les rassembler pour créer une cohérence. Je les reprenais en photo. Il m’est arrivé aussi de déchirer des photographies, mais j’ai trouvé ça horrible, pour moi, c’est un sacrilège de le faire.
Avant d’arriver au rouge, j’ai testé plusieurs couleurs mais ça n’allait pas du tout. Le rouge représente aussi bien le positif que le négatif : ça évoque le sang, la colère, l’amour. Je joue avec l’intensité de la couleur : soit je la laisse telle quelle, soit j’en enlève. Il m’arrive même parfois de détériorer la photo avant de passer la couleur, en faisant une photocopie par exemple.

V. H. : Quels types de sujets traitez-vous ?

E. C-D.: Les sujets que je traite sont souvent en rapport avec l’Histoire. Mais je réagis aussi au monde qui m’entoure. Cependant je ne suis pas un artiste engagé.

Eric Clément-Demange : la disparition

Je travaille beaucoup sur le thème de la disparition

J’avais traité par exemple le thème du mur de Berlin. J’ai écrit le nom des personnes qui sont mortes en essayant de le franchir. Ces personnes ont disparu et le mur a lui-même disparu. Tant de personnes sont décédées pour rien finalement.

J’ai aussi travaillé sur Mao Zedong. Je suis tombé sur une représentation de lui dans un magasin de sport. Il était en tête de gondole. Son image servait à tenir des vêtements. J’ai pris la photo parce que je trouvais ça quelque peu bizarre. Et un jour je l’ai retravaillée.

Je travaille aussi beaucoup sur le thème de la disparition, la disparition de l’image, la disparition des personnages dans la photo. Ce sont des prises de vue avec pause lente. Je travaille depuis toujours sur ce thème. Sans forcément toujours m’en rendre compte. Il y a peu de personnes sur mes photos, je fais attention au droit à l’image. Sinon, j’aime la macro, le détail des choses.

V. H. : Vous avez une banque d’images assez importante. Comment choisissez-vous celles que vous allez retravailler ?

E. C-D. : Je passe beaucoup de temps à regarder mes photos, il y en a certaines qui me parlent. Certaines que je sens plus que d’autres et que j’ai envie de transformer. J’en mets beaucoup de côté que je travaille plus tard, car je trouve qu’elles ont un potentiel, comme  si un dialogue s’engageait avec certains tirages. A partir de là j’essaye de voir ce qu’elles me racontent. Il m’arrive aussi de partir d’une idée, à ce moment là je vais essayer de trouver une photo qui corresponde à cette idée. J’ai beaucoup de photos parce que je pense que tout est « photographiable ». J’ai toujours mon appareil-photo sur moi. J’aime la chasse photographique.

V. H. : Qu’est ce qui vous guide dans la création d’une œuvre ?

E. C-D. : A la base je voulais faire de la recherche. Après que ce soit en Histoire ou en photo c’est pour moi la même chose. Donc je crée comme si j’étais dans un laboratoire. Pendant mes études d’Histoire j’étais très intéressé par le travail de recherche. La photo me permet de chercher, c’est comme un chemin parallèle. Je cherche comment procéder, j’essaye de trouver des techniques, d’autres façons de faire. Je fais des tests, des expériences. Je classe mes photos par rapport à des thématiques.

Mur de Berlin - Les sujets que je traite sont souvent en rapport avec l’Histoire

V. H. : Que représente la photographie pour vous ?

C’est mon mode d’expression. La photographie me permet de prendre la parole. Mais, si message il y a, je ne cherche forcément pas à le transmettre. Chacun doit amener son histoire à mes photos.

Valérie Galassi

Après des études d’Histoire et d’Histoire de l’Art, elle a eu la chance de participer à la bulle internet en rejoignant l’équipe d’une start-up basée à Sophia Antipolis : elle devient, ce qu’on appellerait aujourd’hui, « Community Manager » du 1er site de communautés virtuelles francophone (respublica.fr). Cette « nouvelle » technologie s’avère être pour elle une véritable révélation ; le web fait aujourd’hui partie intégrante de sa vie.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

A lire aussi:

5 Commentaires

  1. [New] Eric Clément-Demange : « je fais de la photo pour voir le monde autrement » http://t.co/OnQzNaic (par @ChapitreOnze) via @AnalyzeThiz

  2. Eric Clément-Demange : « je fais de la photo pour voir le monde autrement » http://t.co/vSZ8p6VZ via @analyzethiz

  3. Eric Clément-Demange : « je fais de la photo pour voir le monde autrement » http://t.co/mAJORfEr via @analyzethiz (par @ChapitreOnze )

  4. [à relire] ITW: Eric Clément-Demange : « je fais de la photo pour voir le monde autrement » http://t.co/9Bx0irGt via @analyzethiz

  5. [A relire]: Eric Clément-Demange : « je fais de la photo pour voir le monde autrement » http://t.co/c9pzAbiP
    #AnalyzeThiz

Commentaires