Lire Autrement

Florence Panzani : vibration, verticalité, rythme et couleur

Download PDF

Florence Panzani est artiste peintre. C’est en Normandie qu’elle se découvre une passion et un don pour la peinture. Pour l’assouvir, elle part vivre au bord de la Méditerranée, source d’inspiration et de fascination dans la pratique de son art. L’artiste est aujourd’hui créatrice d’un art abstrait et coloré, peint verticalement au couteau,  et transcripteur d’un cheminement spirituel propre à Florence Panzani.

Valérie Hummes : Quel a été le parcours qui vous a amenée à exercer le métier d’artiste peintre ?

Florence Panzani
Florence Panzani

Florence Panzani : J’ai toujours peint, depuis toute petite.  J’ai passé un bac philo/arts plastiques et j’ai tout de suite trouvé du travail dans un atelier où l’on créait des maquettes pour le tissu d’ameublement, le textile, le papier peint.
Par la suite j’ai eu mon propre magasin de décoration en Normandie.  Entre deux clients je me mettais dans  l’arrière boutique et je peignais. Je déchargeais quelque chose, ça me faisait un bien énorme, c’était presque thérapeutique. C’est comme si  j’étais enfermée quelque part et que je devais tout faire pour en sortir. C’est à ce moment là que je me suis rendue compte que c’était mon chemin et que j’étais en train de passer à côté de ma vie. Je me suis dit qu’il fallait que je me lance là-dedans.
Alors j’ai tout laissé tomber et je suis venue vivre à Nice. Ça a été le grand changement de ma vie. Depuis toujours je voulais me rapprocher de la Méditerranée. Arrivée ici, j’ai été fascinée par toutes ces couleurs, cette lumière exceptionnelle. Je ne sais pas si c’est du courage ou de l’inconscience, mais c’était comme un appel. Depuis, je vis de ma peinture et je donne aussi des cours de dessin.

V.H. : Que voulez-vous exprimer à travers cet art abstrait ?

F.P. : Ce n’est pas ce que je veux exprimer, c’est ce qui sort. Ce sont des vibrations que je ressens et que je retranscris sur la toile.

V.H. : Comment travaillez-vous ? Comment une toile naît-elle et comment la créez-vous ?

F.P. : Il y a toutes sortes d’étapes un peu méditatives, une mise en condition. Il faut que je me mette dans une ambiance spéciale avec un support musical. Je cherche d’ailleurs la musique la plus appropriée à l’instant présent. Je l’écoute, je m’en imprègne et alors me viennent des sensations de couleurs. Je prépare ma palette, mes couteaux.  Je vais, je viens, je m’assois, je regarde la toile vierge. Après tout ce rituel de mise en condition je commence à peindre, je me laisse guider par la musique. Si ce n’est pas la musique ça peut être ma respiration et là c’est moi qui donne le rythme.

J’ai une idée de couleur, mais en cours de route ça peut changer. Il y a le premier travail sur les couleurs, je prends ensuite du recul et j’équilibre. A ce moment là il y a un côté un peu plus cérébral, je pense plus à l’équilibre qu’à l’harmonie, je rajoute des couleurs, j’en enlève. J’applique une multitude de petites touches que je mets à la verticale au couteau, j’arrête avant que les couleurs ne se brouillent.

Rien n’est établi à l’avance, il est possible que je retourne la toile en cours de route. C’est pour cela que je dis que ma peinture n’est pas réfléchie. Une chose est sûre il me faut au moins cinq à six heures d’affilée sans être dérangée.

Diptyque-Florence Panzani
J’applique une multitude de petites touches que je mets à la verticale au couteau

V.H. : Qu’est-ce qui vous inspire ?

F.P. : Je prends l’inspiration partout : en marchant dans la rue, en regardant la télévision. Je peux être attirée par des associations de couleurs, un mouvement, un rythme que je mets plus tard sur la toile en m’aidant de la musique qui va me donner l’impulsion.

V.H. : Pouvez-vous nous parler de cette verticalité qui caractérise votre peinture ?

Avec la verticalité, je sais que je suis dans le vrai. Elle me propulse dans une autre dimension. On dit qu’elle est le lien entre le ciel et la terre, entre le monde matériel et le monde divin, qu’elle est le symbole de l’ascension et de la spiritualité. C’est sans doute pour cela qu’elle me fascine et m’inspire, mieux : elle dirige ma peinture.

V.H. : Quelle est votre démarche artistique ?

F.P. : Dans l’univers tout est vibration. L’essentiel de ma démarche artistique est de transcrire sur la toile l’énergie vibratoire en lui donnant une identité de coloration et offrir une peinture harmonieuse, poétique, qui appelle à la contemplation.

V.H. : Que vous apporte la peinture ?

Transcrire sur la toile l’énergie vibratoire en lui donnant une identité de coloration et offrir une peinture harmonieuse

F.P. : Je suis dans une bulle, la bulle de la création. Dans ces moments là plus rien n’existe autour de moi.

On peut parler de spiritualité car il y a quelque chose qui m’anime et qui est plus fort que tout. Je ne peux pas me passer de peindre. C’est une recherche personnelle et il faut que j’avance sur ce chemin. Tel tableau va faire en avancer un autre et encore un autre. C’est sans fin.

Ma peinture m’équilibre et me donne une force de vie. C’est vital, viscéral. Peut-être qu’elle me structure, qu’elle me donne une ligne de conduite. Ce sont des moments de plénitude et de bonheur incommensurables, voire d’extase. Il y a un côté très spirituel .

Si je suis en souffrance je ne peux rien créer. Il faut que je sois tranquille, sans soucis. Ma peinture reflète l’harmonie donc si je crée en souffrance ça ne peut pas aller. J’ai besoin d’une atmosphère de tranquillité, de sérénité. Je m’isole complètement, il ne faut personne autour de moi.

D’ailleurs, je ne peins pas tous les jours car parfois rien ne sort.

Je crois qu’on naît artiste et après soit on exploite ce don soit on le laisse de côté en faisant autre chose.

Valérie Galassi

Après des études d’Histoire et d’Histoire de l’Art, elle a eu la chance de participer à la bulle internet en rejoignant l’équipe d’une start-up basée à Sophia Antipolis : elle devient, ce qu’on appellerait aujourd’hui, « Community Manager » du 1er site de communautés virtuelles francophone (respublica.fr). Cette « nouvelle » technologie s’avère être pour elle une véritable révélation ; le web fait aujourd’hui partie intégrante de sa vie.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

A lire aussi:

3 Commentaires

  1. [New] Florence Panzani : vibration, verticalité, rythme et couleur http://t.co/keHY9XYJ (par @ChapitreOnze) via @AnalyzeThiz

  2. Florence Panzani : vibration, verticalité, rythme et couleur http://t.co/GruBCtW1 via @analyzethiz

  3. [A relire]: Florence Panzani : vibration, verticalité, rythme et couleur http://t.co/YFt7OTmt
    #AnalyzeThiz

Commentaires