Lire Autrement

Flop? Vous avez dit Flop?

Download PDF

Avec la sortie de « A Thousand Words » récemment aux États-Unis, un nouvel échec s’ajoutait à la carrière d’Eddie Murphy. Des recettes faibles, des critiques pas très encourageantes, une dixième position au Box-office américain le week-end de sa sortie; le film est jugé un « flop« , voire un échec commercial. De plus, ce n’est pas le premier échec pour l’acteur, qui était pourtant un des acteurs les plus convoités lors des deux précédentes décennies. Mais désormais, ses films, hormis « Shrek » et ses suites, n’attirent plus les foules d’antan. Et la carrière de Murphy de prendre un sacré coup de poing après la sortie de ce dernier long métrage…

A Thousand Words Poster

Affiche du film "A Thousand Words" avec Eddie Murphy

Et la question suivante se pose alors: qu’est-ce qui caractérise un flop?
Considérons le cas des Etats-Unis pour simplifier la donne. Tout d’abord, la performance au Box-office est une des caractéristiques les plus importantes qui définissent le statut de flop. Les estimations concernant les films d’animation commerciaux aux Etats-Unis dépassent les trente millions de dollars américains. Et par film d’animation « commercial », on comprend bien les films qui sont produits par les grandes boites de production, comme Pixar, Disney ou encore Dreamworks Animation. Les films d’animation indépendants sont donc exclus, comme par exemple « L’Illusionniste » ou « Coraline« . Ces films sont censés attirer beaucoup de monde. Par exemple, le dernier film d’animation en date, « The Lorax« , adaptation du livre éponyme de Dr. Seuss, a remporté plus de 70 millions le week-end de sa sortie. Un film à petit ou moyen budget qui rapporte plus de 20 millions de dollars le week-end de sa sortie est considéré comme un succès. Un film d’horreur ou qui n’est pas classé « Tous Publics » et qui rapporte plus de 10 millions de dollars pourrait bien être vu comme un succès commercial. Le nombre de salles dans lesquelles le film joue aide à faire augmenter les recettes.

The Lorax Poster

Affiche du film d'animation "The Lorax"

Ensuite, la position au Box-office est assez importante. Les films sont en compétition pour occuper la tête de ce classement, et donc une place assez haute dans ce classement donnera lieu à plus de publicité pour le film. Evidemment, plus les recettes sont élevées, plus la place occupée est importante. Plus loin, les critiques n’affectent pas tant les recettes. Peu importe ce que pensent Rogert Ebert ou Owen Gleiberman d’un film. En général, voire la plupart du temps, les films lynchés par les critiques sont des succès commerciaux, à quelques exceptions près bien sûr.
Enfin, la caractéristique la plus importante dans la définition du statut de flop est le ratio entre les recettes et le budget. Un film dont les recettes excèdent le budget utilisé pour la production et la promotion du film est un succès commercial. Sinon, c’est un flop. C’est la caractéristique qui intéresse le plus les boites de production, et qui leur permettra de produire plus de films ou les poussera à faire faillite.

Ayant donné la définition du flop et toutes ses caractéristiques, il faudrait passer au dilemme généré par cette définition. En d’autres termes, présentons le cas de quelques films jugés comme flops alors qu’ils ne le sont pas vraiment.

Tout le monde attendait impatiemment la sortie de la version américaine de « The Girl With The Dragon Tattoo« . Avec un budget de 90 millions de dollars américains, un casting intéressant et David Fincher aux commandes, le film avait tout d’un « blockbuster« , voire un succès commercial. Et pourtant, à sa sortie, le film n’occupe même pas la tête du classement. Il ouvre avec environ 12,8 millions de dollars, malgré des critiques élogieuses et une campagne marketing qui avait commencé plusieurs mois avant sa sortie. Le film est vu comme un flop. Les producteurs s’attristent sur le sort de ce projet qui avait pourtant pas mal d’ambition. Cependant, en réalité, le film est loin d’être un flop. Il rapporte aux Etats-Unis pas moins de 100 millions de dollars, et cumule environ 226 millions si on ajoute le reste du monde. Sony Pictures donne le feu vert pour l’adaptation des deux autres suites du film. Le film est même nominé pour cinq Oscars, dont celui de la meilleure actrice pour Rooney Mara, et remporte le prix du meilleur montage. Le débat autour de la performance du film est ouvert. La version suédoise du film était sortie il y avait deux ans ; elle avait eu un succès critique et commercial pour un film étranger. Il était donc tôt pour une version américaine de voir le jour. Aussi, le film est sorti aux Etats-Unis durant la période de Noël. L’idée de sortir un film qui mêle crime, viol et antisémitisme durant cette période parut gonflée pour certains.

The Girl With The Dragon Tattoo Poster

Affiche du film "The Girl With The Dragon Tattoo" avec Daniel Craig et Rooney Mara

Une autre adaptation menée par Daniel Craig, « The Golden Compass« , n’a pas eu la même chance que ce film. Malgré son casting époustouflant et une campagne marketing exhaustive, les producteurs peinent à récupérer le budget colossal et se voient obligés de vendre les droits de distribution a l’étranger à des boites étrangères afin d’éviter des pertes énormes. Les deux autres opus de cette trilogie ne voient pas le jour, et un nouvel échec s’ajoute à la carrière de Nicole Kidman, qui tentait de renouer avec le public après l’échec phénoménal de « The Invasion« , dans lequel elle joue aussi avec Daniel Craig.

Australia Poster

Affiche du film "Australia" avec Nicole Kidman et Hugh Jackman

Le projet suivant de Nicole Kidman était « Australia« , une épopée réalisée par Baz Luhrmann, le réalisateur de « Moulin Rouge!« . Un casting impressionnant, un maestro au style plutôt différent, une histoire intéressante et un budget de 130 millions de dollars ; le film s’annonçait comme un blockbuster. Et pourtant, les critiques descendent le film, qui peine à totaliser 50 millions de dollars aux Etats-Unis. Nicole Kidman est vue comme un « Box-office Poison«  et figure sur la liste des actrices surpayées dans le magazine Forbes. Mais c’est sans compter le reste du monde. Si le film est jugé comme un flop aux Etats-Unis, il a tout d’un blockbuster dans le Box-office mondial, qui totalise plus de 200 millions de dollars.

Plus loin, « Jennifer’s Body » est sans doute un des films qui a le plus suscité de débat autour de son statut de flop. Quand la scénariste sulfureuse Diablo Cody, fraichement oscarisée grâce à « Juno« , rencontre la femme la plus sexy du monde à l’époque, c’est le « coup de foudre professionnel » assuré. Le projet en préparation s’annonce alléchant et fait parler tout le monde. Le film est sorti alors que Megan Fox était au milieu d’une polémique concernant des propos tenus à l’encontre de Michael Bay, le réalisateur du deuxième opus de « Transformers« . Produit pour un budget de 16 millions de dollars et mené par un casting sexy, le film déçoit à sa sortie. Moins de 7 millions de dollars lors du premier week-end et une performance désastreuse au Box-office, malgré une campagne marketing qui avait commencé 15 mois avant la sortie ; le film est vu comme un échec. Pourtant, il réussit à récupérer son budget, avec pas moins de 16 millions de dollars aux Etats-Unis et plus de 30 millions en comptant le reste du monde. Les critiques sont mitigées à propos du film. Le débat concernant la performance du film est alors ouvert. Pour certains, un film dont l’histoire se déroule dans un lycée toucherait surtout les lycéens et les hommes de moins de trente ans, qui viendraient donc pour voir Megan Fox. Or le classement du film interdisait aux personnes âgées de moins de 17 ans de venir non accompagnées d’un adulte. Pour d’autres, le film a un genre controversé ; c’était un film d’horreur et une comédie en même temps. A part la série des « Scary Movie« , aucun film de ce genre n’a réussi à rapporter gros. La carrière de Megan Fox rencontra un autre échec quand son film « Jonah Hex » est sorti. Cependant, le jour de la sortie de ce film, l’actrice était la personne la plus recherchée sur Google, ce qui montrait que les gens ont en fait envie de la voir, mais pas forcement au cinéma. Elle tourne le dos ensuite au troisième opus de « Transformers« , suite à une « guerre de mots » dans la presse avec le producteur de la franchise, Steven Spielberg.

Jennifer's Body Poster

Affiche du film "Jennifer's Body" avec Megan Fox

En conclusion, la liste des films qui ont fait polémique est longue. Beaucoup d’acteurs sont vus comme « box-office poison » à cause de la performance catastrophique de leurs films. Certains se tournent vers les séries télévisées et les téléfilms, comme l’actrice Claire Danes qui a rencontré un succès critique et commercial avec la série « Homeland » diffusée sur HBO après une suite d’échecs au cinéma. Cependant, il serait faux de parler de flop quand les recettes du film permettent de récupérer son budget. Mais il est aussi difficile de nos jours de rapporter gros en présence des techniques de téléchargement illégal qui font perdre aux boites de production pas mal de recettes. Et le lancement des sites légaux de vidéo à la demande n’aide pas forcement à faire face à ce problème.

Lary Bousafi

Etudiant en Economie et en Fashion | Facebook addict | Cinéphile inégalable. Il habite à Beyrouth/Liban. Fan de Showbiz et d'Hollywood. Il rêve d'y travailler un jour.

More Posts

Follow Me:
Twitter

A lire aussi:

2 Commentaires

  1. Flop? Vous avez dit Flop? – Analyze Thiz http://t.co/ihL48dcH via @analyzeThiz (par @larybs )

  2. [A relire]: Flop? Vous avez dit Flop? http://t.co/ZZKFfYvh
    #AnalyzeThiz

Trackbacks/Pingbacks

  1. Hollywood et les femmes : une longue histoire d'amour ! - Analyze Thiz - [...] Van Sant « To Die For » et depuis ne cesse de se surpasser, au risque d’être nommée comme ...

Commentaires