Lire Autrement

Le Festival de Cannes : Stars, Strass, … Et Scandales!

Download PDF

Depuis 1946, le festival de Cannes met à l’honneur les chefs d’œuvre du cinéma indépendant mondial. Annoncée comme le début de la saison des remises de prix internationaux, Cannes est une étape particulière puisqu’elle regroupe différentes nationalités qui sont en compétition pour le même prix, la Palme d’Or. Avec les différentes sections et catégories que regroupe le festival, présenter son film à Cannes est un moyen intelligent de le promouvoir, vu que tous les films passent à Cannes avant de sortir en salles.

Affiche du 65eme Festival de Cannes
Affiche du 65eme Festival de Cannes

L’égérie de cette 65eme édition du festival de Cannes est la sulfureuse Marilyn Monroe, qui continue d’inspirer les producteurs plusieurs décennies après sa mort. Marilyn était une actrice talentueuse, pulpeuse, mais aussi scandaleuse, et le choix de cette figure emblématique du cinéma américain nous pousse à jeter un coup d’œil sur les scandales les plus célèbres qui ont secoué la Croisette. Entre sexe, violence et politique, Cannes a certes connu des hauts et des bas, mais ces événements n’ont fait que participer à la promotion de ce festival qui célèbre le septième art et prône la liberté d’expression.

Sexe, censure et cinéma

Affiche du Film Trouble Every Day (2001)
Affiche du Film Trouble Every Day (2001) de Claire Denis

En 2001, avant même que le festival commence, toute l’attention est dirigée sur « Trouble Every Day », le film culte de Claire Denis. Le film, mené par Vincent Gallo et Beatrice Dalle, mêle sexe et cannibalisme dans ce qui est décrit par le Times comme « une suite obscène de carnage post-coïtal ». Hormis toute la polémique autour des scènes controversées, l’accueil est froid. Le film n’est pas bien reçu, mais plus de dix ans plus tard, tout le monde en parle.

Un autre film de Vincent Gallo et qui a été massacré par la critique cannoise est « The Brown Bunny ». Dans ce film, un « road movie » réalisé par l’acteur et mené par lui et par Chloë Sevigny, il y a une scène de fellation crue et visiblement non simulée. Le célèbre journaliste Roger Ebert crie à l’outrage et descend le film, affirmant qu’il aurait préféré subir une colonoscopie au lieu de regarder le film. Par la suite, le film est critiqué partout dans le monde.

Affiche du Film Antichrist (2009)
Affiche du Film Antichrist (2009) de Lars Von Trier

En outre, le réalisateur Lars Von Trier a toujours su faire parler de lui à Cannes. En 2009, lors de la projection de son film « Antichrist », certains spectateurs se sont évanouis, d’autres quittent. Le film comporte une scène de sexe assez crue et une autre scène ou l’actrice principale Charlotte Gainsbourg s’automutile. Et ce n’est sans citer les scènes violentes ou choquantes. L’accueil est froid, le film est hué, mais remporte tout de même à Gainsbourg le Prix d’Interprétation Féminine tant mérité.

Aussi, le cultissime « La Dolce Vita » de Frederico Fellini est hué par le public et condamné par le Vatican en 1960. Aujourd’hui, il est considéré comme un des chefs d’oeuvre du septième art. En 1987, « Sous Le Soleil De Satan », jugé très sulfureux, est descendu par le public, choqué de voir le film rafler la Palme d’Or. Maurice Pialat répond ainsi : « Sachez que si vous ne m’aimez pas, je ne vous aime pas non plus ! » « Crash », le film de David Cronenberg, est si mal accueilli par les festivaliers que certains ont préféré quitter la salle, et le film reçoit le Prix Spécial du Jury sous les huées d’un public criant au scandale.

Sous Le Soleil de Satan (1987)

Sous Le Soleil de Satan (1987)

Et ce n’est pas tout. Certains scandales ont lieu sur la Croisette ; que ce soit la chanteuse Madonna qui s’est présentée au festival pour promouvoir son sulfureux docu-film « In Bed With Madonna » en lingerie signée Jean Paul Gaultier, ou Sophie Marceau qui a perdu sa robe, laissant ainsi généreusement apparaitre son sein devant les caméras des paparazzi, le festival regorge de petits scandales qui font les choux gras de la presse.

Irreversible (2003)
Affiche du film Irréversible (2003) de Gaspard Noé

Mais le scandale à caractère sexuel plus célèbre est sans doute celui du film « Irréversible » de Gaspard Noé. Le film, violent jusqu’à l’insoutenable, comporte des scènes atroces de meurtre, de sexe non simulé, et une scène de viol tellement insupportable que les festivaliers se sont inquiétés à propos de l’actrice jouant dans cette scène, Monica Bellucci. Certains spectateurs sont sortis peu après le début de la projection ; certains crient au génie, alors que d’autres souhaitent la condamnation, voire l’interdiction de ce genre de films.

Violence, politique et cinéma

Funny Games (1997)
Affiche du film Funny Games (1997) de Michael Haneke

Le sexe n’est pas le seul élément à l’honneur quand il s’agit de parler de scandale à Cannes. En 1997, « Funny Games », le film d’un habitué du festival, le réalisateur Michael Haneke, est très mal reçu à cause de la violence de ses scènes. Ce film montre deux adolescents psychopathes séquestrer une famille en vacances. D’après les festivaliers, le film fait l’apologie de la violence au lieu de la dénoncer.

Mathieu Kassovitz - La Haine (1995), Assassin(s) (1997)
Mathieu Kassovitz – La Haine (1995), Assassin(s) (1997)

Par ailleurs, Mathieu Kassovitz fait éclater la polémique lors de la projection de son film « La Haine », et lors de la projection de « Assassin(s) », deux ans plus tard. En 1995, le scandale éclate même avant la projection de « La Haine ». Lors de la montée des marches de l’équipe du film sur le tapis rouge, le service d’ordre tourne le dos pour manifester leur mécontentement. D’après eux, le film n’est qu’une propagande anti-flics. En 1997, l’acteur et réalisateur subit à nouveau les foudres de la critique pour « Assassin(s) », jugé trop violent. Il répond ainsi à ses détracteurs en affirmant que le film est une expérience qui doit être désagréable, car la violence n’est pas agréable.

Affiche du film Fahrenheit 9/11 (2004)
Affiche du film Fahrenheit 9/11 (2004) de Michael Moore

Des scandales politiques ont orné la Croisette aussi. Ainsi, en 2004, en pleine campagne du président américain George W. Bush pour sa réélection, « Fahrenheit 9/11 », tourné par le réalisateur oscarisé Michael Moore, dénonce les agissements du président et notamment ses décisions sur la guerre en Irak. Le film se voit offrir la Palme d’Or par Quentin Tarantino. Le scandale éclate concernant ce message politique assez explicite. En parallèle, le film se voit offrir le « razzie award » du pire film de l’année aux Etats-Unis en 2005.

Une autre polémique d’ordre politique éclate lorsque « Stalker », le film d’Andrei Tarkovskiy, est projeté à la place de « J’irai Cracher Sur Vos Tombes », l’adaptation du célèbre roman de Boris Vian en 1980. Peu après le début du film, la délégation soviétique reconnait le film qu’elle ne voulait pas présenter à Cannes. Le scandale est imminent.

La liste est longue. Tarantino qui tend son doigt d’honneur à un public qui le hue en recevant la Palme d’Or pour « Pulp Fiction », Le réalisateur turque Yilmaz Güney qui s’est évadé de la prison turque afin de recevoir la Palme d’Or pour son film « Yol », sous l’œil attentif de la police cannoise, Isabelle Adjani boycottée par les photographes ou encore « Le Grand Bleu » et son réalisateur Luc Besson qui se font sévèrement critiquer, les polémiques n’en finissent pas à Cannes.

L'equipe du film Melancholia (2011)
Charlotte Gainsbourg, Lars Von Trier et Kirsten Dunst lors du photocall de Melancholia (2011)

Cependant, le scandale le plus célèbre est notamment celui impliquant un habitué des scandales et du festival, Lars Von Trier. Comme si toute la polémique autour de son film « Antichrist » n’était pas suffisante, le réalisateur revient deux ans plus tard avec un nouveau film « Melancholia ». Le film est plutôt bien reçu, mais lors de la conférence de presse, Von Trier tient des propos antisémites en affirmant qu’il « comprenait Hitler ». Toute l’équipe du film semble dérangée, embarrassée, notamment Kirsten Dunst, l’actrice principale, qui essayait de calmer le réalisateur. Tout le monde crie au scandale par la suite. Lars Von Trier essaie alors de s’excuser et de s’expliquer lors des jours suivants, mais il est trop tard : il est nommé « persona non grata », et viré du festival. Néanmoins, toute cette polémique a joué en faveur de Dunst, qui remporte ainsi le Prix d’Interprétation Féminine, tout comme Charlotte Gainsbourg deux ans plus tôt.

Le festival de Cannes a toujours célébré la liberté d’expression. Des réalisateurs du monde entier profitent de leur présence au festival afin de passer des messages. Les scandales font partie du paysage. Ils aident à la promotion des films, dénichent les sujets dont raffolerait la presse et dans le pire des cas, conduisent à la condamnation d’une œuvre ou de son créateur. Après tout, l’art est subjectif.

Lary Bousafi

Etudiant en Economie et en Fashion | Facebook addict | Cinéphile inégalable. Il habite à Beyrouth/Liban. Fan de Showbiz et d'Hollywood. Il rêve d'y travailler un jour.

More Posts

Follow Me:
Twitter

A lire aussi:

4 Commentaires

  1. Le Festival de Cannes : Stars, Strass, … Et Scandales! – via @analyzethiz http://t.co/drhMnMXo

  2. Le Festival de Cannes : Stars, Strass, … Et Scandales! (Par @larybs) http://t.co/8yrdhpB4 via @analyzeThiz

  3. [A relire]: Le Festival de Cannes : Stars, Strass, … Et Scandales! http://t.co/aW9kiLlO
    #AnalyzeThiz

  4. [A relire]: Le Festival de Cannes : Stars, Strass, … Et Scandales! http://t.co/aW9fLbkU
    #AnalyzeThiz

Commentaires